Accueil / National / Cour d’Alger : Anis Rahmani (Groupe Ennahar) condamné en appel à de la prison ferme

Cour d’Alger : Anis Rahmani (Groupe Ennahar) condamné en appel à de la prison ferme

Le Tribunal criminel près la Cour d’Alger a condamné lundi le président-directeur général du groupe Ennahar, Mohamed Mokadem, dit Anis Rahmani, à 3 ans de prison ferme et 50.000 Da d’amende dans l’affaire de l’enregistrement du colonel à la retraite Smaïl, cadre des services des renseignements.

Le PDG du groupe médiatique est accusé « d’enregistrement et de diffusion d’un appel téléphonique sans autorisation préalable ».

Anis Rahmani a été condamné en première instance à 5 ans de prison ferme et 100.000 DA d’amende par le tribunal de Bir Mourad Raïs (Alger).

Arrêté le 12 février 2020, il était poursuivi, pour entre autres, «outrage à corps constitué », « diffamation envers l’ANP », «enregistrement et diffusion de communications téléphoniques sans autorisation », « atteinte à la vie privée » et « exposition au regard du public de publications pouvant porter atteinte à l’intérêt national ».

Les faits remontent au 9 octobre 2018, lorsque la chaîne privée Ennahar a diffusé un enregistrement d’un entretien téléphonique entre Anis Rahmani et le colonel Smaïl de l’ex-DRS. Le directeur d’Ennahar protestait contre l’arrestation de Smail Djerbal, rédacteur en chef du site d’information Alg24, propriété du groupe Ennahar sous les caméras de surveillance par des agents de l’ex-DRS. La scène de l’arrestation est également diffusée par la chaîne.

Le procureur de la République a requis une peine d’emprisonnement de dix ans assortie d’une amende de 100.000 dinars à l’encontre d’Anis Rahmani.

R.N

A propos LA NATION

Voir Aussi

Grand sud Algérien : 12 Syriens et deux Algériens retrouvés morts

Les autorités algériennes ont découvert, ces derniers jours, les corps de 12 Syriens et de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *