Accueil / International / Afghanistan : Éventuel report du retrait américain, les talibans s’y opposent

Afghanistan : Éventuel report du retrait américain, les talibans s’y opposent

Le président des Etats-Unis, Joe Biden, n’a pas écarté le report du retrait américain de l’Afghanistan afin de faciliter l’évacuation des ressortissants et de leurs auxiliaires, une décision rejetée hier par les talibans à la veille d’une réunion virtuelle des dirigeants du G7 sur la situation dans ce pays.

« Il y a des discussions en cours entre nous et l’armée au sujet de la prolongation. Nous espérons ne pas avoir à prolonger, mais il y aura des discussions, je suppose, sur l’état d’avancement du processus d’évacuation, a déclaré le président américain dimanche soir.

Hier, un porte-parole des talibans interrogé par la chaîne de télévision Sky News a prévenu que  » les Etats-Unis et leurs alliés s’exposent à des « conséquences » s’ils retardent leur départ d’Afghanistan, prévu pour le 31 août ».

« C’est une ligne rouge. Le président Biden a annoncé que (les Etats-Unis) retireraient toutes leurs forces armées le 31 août. Donc s’ils prolongent (leur présence), cela signifie qu’ils prolongent l’occupation, alors que ce n’est pas nécessaire », a déclaré le porte-parole Suhail Shaheen.

« Si les Etats-Unis ou le Royaume-Uni demandent plus de temps pour poursuivre les évacuations, la réponse est non. Ou il y aura des conséquences », a-t-il mis en garde, soulignant que « cela créera de la méfiance entre nous. S’ils ont l’intention de continuer l’occupation, cela provoquera une réaction ».

Ces propos ont été tenus alors que le chaos provoqué par l’afflux à l’aéroport de Kaboul de dizaines de milliers d’Afghans a causé dimanche la mort de sept personnes.

En outre, un échange de tirs entre des inconnus et des soldats américains et allemands a éclaté, hier, à l’aéroport de Kaboul. Un garde afghan a été tué et trois blessés dans ces affrontements.

Plusieurs personnes avaient déjà été tuées dans des circonstances souvent troubles autour de l’aéroport, assailli par des milliers d’Afghans voulant fuir le pays à tout prix et où se poursuivent les opérations d’évacuation.

 » L’Amérique, avec toute sa puissance et ses équipements (…), a échoué à ramener l’ordre à l’aéroport. Il y a la paix et le calme dans tout le pays, mais il n’y a que le chaos à l’aéroport de Kaboul (…) Cela doit cesser le plus tôt possible », a accusé dimanche un haut responsable taliban, Amir Khan Mutaqi.

Réunion virtuelle du G7

La réunion virtuelle des dirigeants du G7 sur la situation en Afghanistan se tiendra aujourd’hui, avait annoncé dimanche le Premier ministre britannique Boris Johnson, dont le pays assure actuellement la présidence du « groupe des 7 », soulignant qu’il « convoquerai aujourd’hui ses dirigeants (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) pour des discussions urgentes sur la situation en Afghanistan.

 Il est vital que la communauté internationale travaille ensemble pour assurer des évacuations sûres, prévenir une crise humanitaire et aider le peuple afghan à protéger les progrès (réalisés) les 20 dernières années ».

Une réunion rassemblant les ministres des Affaires étrangères du G7 s’est déjà tenue jeudi. A l’issue de cette rencontre, les ministres avaient appelé les talibans à garantir la « sécurité » des étrangers et des Afghans désireux de quitter l’Afghanistan.

Ils avaient aussi souligné « la nécessité pour toutes les parties de respecter le droit international humanitaire ».

Le Royaume-Uni a indiqué hier qu’il allait plaider auprès des Etats-Unis pour une prolongation des opérations d’évacuation à Kaboul au-delà de la date limite du 31 août, lors d’un sommet virtuel du G7 aujourd’hui consacré à l’Afghanistan.

Les talibans disent avoir encerclé le Panchir

Dans ce contexte, les talibans ont annoncé hier avoir encerclé les combattants de la résistance autoproclamée à leur pouvoir dans le Panchir, une province enclavée au nord-est de Kaboul, tout en ajoutant vouloir négocier avec eux plutôt que combattre.

Dans la nuit, des informations non confirmées ont fait état de heurts aux abords de la vallée du Panchir, où le vice-président du régime renversé par les talibans, Amrullah Saleh, s’est réfugié et a décrété la résistance aux Talibans.

« Nos combattants sont stationnés près du Panchir » qu’ils encerclent, a déclaré sur Twitter un porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, ajoutant que son gouvernement « tente de résoudre cette affaire pacifiquement ». Dimanche, des comptes Twitter pro-talibans avaient annoncé que des « centaines » de leurs combattants se dirigeaient vers le Panchir.

Les Etats-Unis et leurs alliés s’exposent à des « conséquences » s’ils retardent leur départ d’Afghanistan, prévu pour le 31 août, afin de poursuivre les évacuations à Kaboul, a prévenu hier un porte-parole des talibans interrogé par la chaîne de télévision Sky News.

« Si les Etats-Unis ou le Royaume-Uni demandent plus de temps pour poursuivre les évacuations, la réponse est non. Ou il y aura des conséquences », a déclaré le porte-parole Suhail Shaheen, après que le président américain Joe Biden, sous pression de ses alliés, a ouvert la porte à un

R.I

A propos LA NATION

Voir Aussi

Tunisie : la composition du nouveau gouvernement dévoilée

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a signé ce lundi  le décret de la nomination de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *