Accueil / Economie / Affaire de la raffinerie d’Augusta: mandat d’arrêt international lancé contre «le principal accusé»

Affaire de la raffinerie d’Augusta: mandat d’arrêt international lancé contre «le principal accusé»

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a annoncé, hier à Hassi R’Mel (Laghouat), l’émission d’un mandat d’arrêt international contre le principal accusé dans l’affaire de corruption relative à l’acquisition par le Groupe Sonatrach de la raffinerie d’Augusta (Italie).

« Le Pôle pénal économique et financier a ouvert une enquête sur l’affaire de la raffinerie d’Augusta, dans laquelle un mandat d’arrêt international a été émis contre le principal accusé », a déclaré M. Djerad dans son allocution, à l’occasion de la célébration du 50ème anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et du 65ème anniversaire de la création de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA).

« Nous continuerons à poursuivre en justice tous les responsables impliqués dans les affaires de corruption et les tentatives d’atteinte à l’économie nationale », a-t-il ajouté.

A cet effet, le Premier ministre a réaffirmé « la détermination de l’Etat à poursuivre la moralisation de la vie publique et du domaine économique, en réunissant les conditions idoines pour un climat économique empreint de transparence et de concurrence loyale et saine, d’une part et à lutter contre la corruption dans le cadre de la loi, d’autre part ».

Pour rappel, la raffinerie Augusta (Sicile) a été acquise par le groupe Sonatrach en 2018 à la faveur d’un accord conclu avec ESSO Italiana (ex filiale du groupe américain ExxonMobil).

Cette transaction inclut également les trois terminaux pétroliers de Palerme, Naples et Augusta, ainsi que des participations dans des pipelines reliant la raffinerie aux différents terminaux.

Le Premier ministre n’a pas nommé ce «principal accusé», ouvrant, ainsi llibre cours aux spéculations.

Cependant, le rôle de l’ex-PDG de la compagnie nationale des hydrocarbures (Sonatrach), Abdelmoumen Ould Kadour, dans l’accomplissement de la transaction, n’est un secret pour personne. « Nous avons acquis la raffinerie d’Augusta à un prix extraordinaire, soit moins d’un (1) milliard de dollars.»

Ould Kadour a présenté cette transaction comme un succès commercial pour Sonatrach qui « a pu arracher ce contrat de trois autres partenaires ».

Il est allé jusqu’à comparer cette affaire au projet de raffinerie de Hassi Messaoud, qui devrait, selon lui «coûter 3 à 4 milliards de dollars ».

L’ancien ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, avait reconnu que l’acquisition de cette raffinerie était finalement une très mauvaise affaire.

«Quand on m’a informé du projet (rachat de la raffinerie d’Augusta, ndlr), on m’a dit que c’était une bonne affaire, ça va réduire nos importations, on va pouvoir traiter le brut algérien. J’ai dit que c’est une bonne affaire. Mais finalement, le dossier est tout à fait autre», a-t-il commenté…Le même Attar a déclaré que l’affaire est entre les mains de la justice. En effet, une enquête a été ouverte par le tribunal de Bir-Mourad-Raïs dès le mois de juillet 2020.

Après la chute du pouvoir Bouteflika et le changement survenu à la tête du secteur de l’énergie, Abdelmoumen Ould Kadour a pris la poudre d’escampette. Il vit quelque part de l’autre côté de la mer.

 

Abir.N.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Médéa: 56 élèves blessés dans une collision entre deux bus scolaires

Au total, 56 élèves ont été blessés légèrement, suite dans une collision frontale, survenue, mercredi, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *