Accueil / Economie / Viandes blanches : Henni face au casse-tête de la flambée des prix

Viandes blanches : Henni face au casse-tête de la flambée des prix

Le ministère de l’Agriculture a pris de nouvelles mesures d’ «urgence» pour réguler le marché des viandes blanches et, partant, enrayer l’envolée des prix, à savoir l’ouverture des enquêtes par les services vétérinaires, l’augmentation des capacités de production à travers l’approvisionnement du marché en produits locaux, la réduction des  délais d’approvisionnement du marché en viandes blanches importées, etc.

En dépit de toutes les mesures prises par les autorités depuis quelques mois déjà, les prix des viandes ne veulent toujours pas baisser. Face à cette situation, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural s’est concerté avec tous les acteurs de la filière viandes blanches, pour prendre d’autres mesures «urgentes» par rapport à la flambée «injustifié» des prix, enregistrée récemment malgré une abondante production, a indiqué, hier, un communiqué du ministère. «Suite à la flambée injustifiée des prix des viandes blanches ces dernières 24 heures malgré une abondante production, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelhafid Henni a convoqué en urgence, au siège du ministère, tous les intervenants dans cette filière, en l’occurrence l’Office national des aliments de bétail (ONAB), la Société algérienne de régulation des produits agricoles (SARPA), la Société Entrepôts Frigorifiques de la Méditerranée (Frigomedit), des représentants de l’Association nationale des éleveurs de volaille (ANEV) relevant de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA) et des éleveurs privés en présence d’un représentant du ministère du Commerce et de la Promotion des exportations», a précisé le communiqué. A l’issue de cette réunion, des décisions ont été prises pour enrayer l’envolée des prix, notamment l’augmentation des capacités de production à travers l’approvisionnement du marché en produits locaux et la réduction des délais d’approvisionnement du marché en viandes blanches importées. Il a été également décidé de lancer des enquêtes par les services vétérinaires, d’accélérer la cadence de mise à disposition des intrants (aliments pour volailles) au profit des petits éleveurs, contre la présentation de l’agrément sanitaire émanant uniquement des services vétérinaires de la wilaya et de communiquer les prix (le plus bas au niveau du marché national) des aliments commercialisés par l’Office national des aliments de bétail (ONAB), des prix fermes à longueur d’année, a ajouté la même source.

Il a été décidé en outre de communiquer le prix de l’unité du Poussin Chair 1 Jour, fixé à 120 dinars pour l’unité.  Toutefois, la vente reste libre avec le système de traçabilité des éleveurs et les coopératives d’élevage avicoles.

Par ailleurs, il a été décidé de tenir des réunions de concertation avec les représentants de la Fédération nationale des aviculteurs, en vue de parvenir à une convention de branche dans les meilleurs délais, dans l’objectif de fixer le modèle d’organisation et une gestion idoine de la filière, à l’effet de garantir la stabilité des prix au niveau du marché. Ces concertations concerneront l’ensemble des intervenants dans la filière, parmi les producteurs des aliments, éleveurs, abattoirs, coopératives, établissements et organismes.

Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a annoncé dans un autre communiqué, «la mobilisation de toutes les inspections vétérinaires réparties au niveau national, pour mener les enquêtes et procéder à l’évaluation sur le terrain, de toutes les unités avicoles, de l’état des abattoirs avicoles à travers l’ensemble des wilayas du pays, et ce à partir de lundi 20 novembre 2023».

Le 10 septembre dernier, le ministère avait annoncé la réouverture de l’importation de viandes rouges et blanches, selon des notes adressées aux opérateurs économiques, invitant ces derniers à soumettre leurs demandes d’autorisation sanitaire d’importation via une plate-forme numérique. Un mois plus tard, le même département ministériel avait fait part, dans un communiqué, d’une baisse progressive du prix de la viande blanche sur les marchés de gros dans plusieurs régions du pays, après qu’une quantité, selon ses explications, de poussins est entrée dans la chaîne de production. Un brin triomphaliste,  il avait lié cette baisse aux mesures prises en août 2023, notamment en ce qui concerne la fourniture d’aliments à prix fixe par l’intermédiaire de l’Office National de l’Alimentation du Bétail (ONAB), en plus d’ouvrir l’importation directe d’œufs à couver après que les prix des poussins ont connu une hausse injustifiée. Le 9 novembre dernier, le ministère a annoncé l’octroi de plusieurs licences d’importation de viande blanche au profit d’entreprises publiques relevant du secteur agricole et aux importateurs privés, dans l’objectif d’importer ce produit de large consommation. Cette mesure vise à accorder des licences temporaires afin de constituer un stock stratégique pour approvisionner le marché national et faire baisser les prix des viandes blanches. C’était peine perdue. C’est dire le peu d’effets des solutions préconisées jusqu’ici par le département de M.Henni pour réguler le marché de la volaille.

Reste à savoir si ces nouvelles mesures auront une quelconque incidence sur les prix des viandes blanches.

Ali Chikhi

A propos LA NATION

Voir Aussi

Electricité : l’interconnexion du sud avec le réseau national coûtera 200 milliards DA

Ce budget prévisionnel sera entièrement en monnaie locale car l’ensemble des équipements nécessaires à la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *