Accueil / Economie / Vers un dispositif d’aide à l’acquisition de véhicules électriques

Vers un dispositif d’aide à l’acquisition de véhicules électriques

Un dispositif d’aides financières visant à encourager l’utilisation des voitures électriques en Algérie sera mise en place à partir de l’année 2024, avec l’octroi de primes pour l’acquisition de ce type d’automobiles et pour l’installation de bornes individuelles de rechargement, a indiqué ce mardi un responsable auprès de l’Agence nationale de la promotion de la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (APRUE).

S’exprimant à l’APS en marge d’une journée d’études sur la mobilité électrique en Algérie, le directeur des projets à l’APRUE, Kamel Dali, a affirmé que l’agence a finalisé un dispositif dédié à la mobilité électrique, en prévoyant d’octroyer en 2024 des primes pour l’acquisition de 1.000 véhicules électriques et pour l’installation de 1.000 bornes individuelles de rechargement, et ce, dans le cadre du programme national de maîtrise de l’énergie.

L’octroi de ces aides à l’acquisition et au développement du réseau de bornes de recharges électrique vise à soutenir les futurs acquéreurs de ce modèle de voitures, afin de les rendre plus accessibles et favoriser le déploiement d’une mobilité propre alternative à la voiture thermique, a-t-il ajouté.

M. Dali a précisé que les services de l’APRUE avaient convenu avec deux constructeurs automobiles agréés, pour accorder cette prime sous forme de remises pouvant aller de 300.000 à 500.000 DA, par véhicule.

Les pouvoirs publics vont ainsi verser cette prime aux constructeurs automobiles via le Fonds national de maîtrise d’énergie, explique le responsable tout en rappelant que dans le cadre des dispositions du nouveau cahier de charges portant sur l’activité de fabrication de véhicules, il est stipulé que les constructeurs sont tenus de fabriquer un taux de 15% de véhicules électriques dans leurs usines en Algérie.

Le montant de l’aide fixé pour l’accès aux véhicules électriques n’est pas “définitif” et pourrait “faire l’objet de modification en fonction des prix de ces véhicules qui seront fabriqués localement”, a souligné toutefois M. Dali.

Ce dispositif de soutien aux véhicules électriques sera “encadré par un texte qui devrait être inclus dans le projet de la loi de Finances 2024”, a-t-il fait savoir.

Quant aux bornes individuelles de rechargement, “elles seront fournies par une filiale du groupe Sonelgaz qui a déjà lancé un avis d’appel d’offres”, selon le même responsable.

Par ailleurs, lors de cette journée d’études, organisée par l’agence “Makcom” et qui a vu la participation notamment des professionnels de l’automobile, organismes institutionnels et des universitaires et représentants de centres de recherche, plusieurs intervenants ont mis en exergue les efforts menés par l’Algérie pour développer la mobilité électrique.

A ce propos, le directeur “Hydrogène et Energies alternatives” au Commissariat aux énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (CEREFE), Rabah Sellami a souligné que grâce aux projets d’électrification des transports ferroviaires, dont les trains de transport de voyageurs par chemins de fer, les tramways et métro, ainsi que les transports par câbles (cabines téléphériques), réalisés ou en cours de concrétisation, l’Algérie va réduire “considérablement” son empreinte carbone pour le secteur de transport et la facture de consommation des carburants.

“Il faudrait continuer dans cette trajectoire et en même temps penser à électrifier le transport collectif routier des voyageurs pour réussir la politique de mobilité électrique”, a-t-il recommandé.

Dans le même ordre d’idées, le chef de département Transport auprès de l’APRUE, Mourad Ouazen, a soutenu que l’introduction de la locomotive électrique dans le pays va permettre des gains considérables en carburants et d’éviter des émissions de CO2 liées aux combustibles fossiles.

Présentant une étude sur l’impact du transport électrique sur la consommation d’énergie, il a fait observer que “le secteur des transports reste parmi les domaines les plus énergivores et pollueurs” d’où la nécessité, selon lui, de l’usage de l’électricité comme énergie de propulsion.

R.N.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Electricité : l’interconnexion du sud avec le réseau national coûtera 200 milliards DA

Ce budget prévisionnel sera entièrement en monnaie locale car l’ensemble des équipements nécessaires à la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *