Accueil / National / Situation épidémique en Algérie : quel est le pourcentage de vaccinés en Algérie ?

Situation épidémique en Algérie : quel est le pourcentage de vaccinés en Algérie ?

L’Algérie a raté l’objectif de vacciner 70 % de la population cible. Le constat du ministre de la santé est sans appel. Dans une déclaration à la chaîne de télévision publique, Abderrahmane Benbouzid, a indiqué que le taux de vaccination en Algérie des personnes âgées de plus de 18 ans a atteint 28%.

Autrement dit, le taux ne dépasse pas les 10 à 11 % si on prend en considération l’ensemble de la population. Conséquence, 90% des personnes hospitalisées pour cause de covid-19 n’étaient pas vaccinées. En revanche, le nombre de patients mis sous respiration artificielle était à 100% des non-vaccinés.

La réalité est que la 4e vague de l’épidémie s’installe purement et sûrement en Algérie avec ses lots des difficultés et des drames. Il faut savoir qu’il s’agit d’une vague dominée par le Variant Delta. Une souche très agressive responsable de milliers de morts à travers le monde. Alors que l’Europe affronte un nouveau variant, l’Omicron en l’occurrence, un variant moins méchant, selon toute vraisemblance, l’Algérie se trouve en face du variant delta.

Pour le Pr Kamal Sanhadji, « si on laisse cette vague Delta sans la contrer, et sans riposte, il est fort possible qu’elle puisse engendrer un variant dont on ignore complètement la virulence et la dangerosité. »

« Nous sommes face à une problématique. Une crise dans la crise. Nous avons deux variants qui arrivent concomitamment : le Delta, qui est là et qui s’installe, et le variant Omicron qui est en train de prendre place, » a-t-il déclaré dans une interview au site TSA.

Comment faire face à la bataille qui s’annonce ? La réponse de Sanhadji est claire : «Je n’ai pas de baguette magique. On se pose la question. Il y a une sorte de boycott vis à -vis de la vaccination qui n’arrive pas à se mettre en place correctement pour avoir un niveau de couverture vaccinale beaucoup plus important. »

Il n’y a rien à faire sauf à espérer le retour des Algériens à la raison en continuant à user de pédagogie en faveur de la vaccination.

«Il faudrait, peut-être, s’inspirer de ce qui a été fait dans d’autres pays qui ont pu inverser ce phénomène. Certains pays, au début, avaient une majorité de la population contre la vaccination et qui sont arrivés, avec la pédagogie et la mise en place de certains mécanismes tel que le pass-sanitaire, à inverser ces proportions. Ils ont obtenu des résultats plus que satisfaisants.»

Encore une fois, il ne s’agit pas de contraindre les gens à se faire vacciner. En revanche, il y a lieu de «de déployer et d’étendre rapidement le pass-vaccinal à une grande frange de la population». C’est-à-dire réglementer tout ce qui se passe dans l’espace public avec le pass-vaccinal et «celui qui ne veut pas se faire vacciner et ne montre pas le pass-vaccinal, n’a qu’à rester chez lui.

Les autorités pourraient, en outre, recourir à l’arme du confinement.

«Par la suite, nous pourrons, éventuellement, utiliser ce confinement pour pouvoir s’en sortir en proposant aux personnes de se faire vacciner, ce qui permettra une sortie de confinement individuelle puis générale par la suite. »

Abir Najri

A propos LA NATION

Voir Aussi

Fabrication d’ascenseurs en Algérie : les entreprises italiennes spécialisées sollicitées

Les investisseurs en matière de réalisation d’usines d’ascenseurs, y compris leurs pièces, moteurs et cartes …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *