Accueil / Economie / Secteur minier : des richesses qui attendent d’être exploitées

Secteur minier : des richesses qui attendent d’être exploitées

Fer, phosphates, zinc, cuivre, or, manganèse, terres rares et d’autres minerais font de son sol et sous-sol algériens un des plus riches au monde, sauf que son secteur minier, hors hydrocarbures, demeure peu valorisé.

Mieux vaut tard que jamais, l’Algérie s’active ces dernières années pour exploiter son immense potentiel minier formé de ressources recherchées dans le monde entier. Fer, phosphates, zinc, cuivre, or, manganèse, terres rares, plomb, marbre, bentonite, barytine, feldspath, dolomie  et wolframite (la liste n’est pas exhaustive) font partie de cette richesse qui gît dans son sol et sous-sol et qui ne lui rapporte, pour l’instant, que quelques dizaines de millions de dollars par an.

Le souvenir de la dernière crise qui a profondément affecté les recettes extérieures du pays après la chute, en 2014, des cours du pétrole a agi comme un puissant électrochoc. La diversification de l’offre nationale à l’exportation est donc devenue une nécessité vitale.

C’est pourquoi, les autorités ont décidé de relancer plusieurs grands projets restés longtemps en jachère. Le plus emblématique et de loin le plus ambitieux est celui de Gara Djebilet qui renferme des milliards de tonnes de fer d’où seront extraites des dizaines de millions de tonnes par an, dont 12 millions de tonnes pour les besoins de la sidérurgie algérienne.

L’autre grande manne est le phosphate, notamment celui de Bled El-Hadba à Tébessa. Les capacités algériennes sont estimées à environ deux milliards de tonnes, mais la production actuelle demeure largement inférieure et ne participe qu’à hauteur 5 % des exportations. Les choses sont, cependant, en train d’évoluer par l’implication de Sonatrach en partenariat avec des compagnies étrangères.

En matière de zinc, l’Algérie pourrait se hisser, dans un avenir proche, au rang des plus grands producteurs mondiaux. A elle seule, la mine d’Oued Amizour dans la wilaya de Bejaïa, avec son potentiel estimé à 34 millions de tonnes, peut mettre sur le marché 170.000 tonnes de concentré de zinc par an, en plus de 25 000 tonnes de plomb.

 A cela s’ajoutent les millions de tonnes de manganèse que contient Djebel Guettara à Bechar et les importantes quantités d’or d’Amesmessa à Tamanrasset. L’Algérie recèle également plusieurs autres minéraux industriels tels que la barytine, la bentonite, l’argile, le kaolin, la diatomite, la dolomite, le gypse, la chaux, la perlite, la rhyolite, le soufre et le tuf.

Il est dès lors naturel que l’Etat encourage le secteur minier à se développer, plaçant parmi ses priorités la révision du cadre législatif, le développement et la modernisation de la cartographie minière, la concrétisation des grands projets industriels structurants ainsi que la formation du capital humain.

Il entend faciliter les procédures d’investissement et en même temps réduire la période d’étude des demandes d’autorisations d’exploration et d’exploitation des ressources minières. Il a également prévu la mise en place de plusieurs incitations financières et fiscales, ainsi que des mesures attractives au profit des investisseurs tant algériens qu’étrangers.

Le chantier est énorme et les enjeux pour l’économie du pays sont cruciaux. C’est la raison pour laquelle lors du dernier Conseil des ministres, tenu hier, le président de la République a demandé au gouvernement de surseoir à l’adoption du projet de loi sur les mines au regard de son caractère stratégique. Abdelmadjid Tebboune préfère que le texte soit davantage enrichi par la contribution d’experts. Il veut également mieux préparer le terrain pour les opérateurs locaux désireux d’investir dans ce domaine qui aiguise les appétits des grands groupes étrangers mieux équipés et mieux financés.

Mourad Fergad

A propos LA NATION

Voir Aussi

SAFEX : ouverture de la 18e édition du Salon international de la pharmacie en Algérie

La 18ème édition du Salon international de la pharmacie en Algérie (Siphal 2024) a été …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *