Accueil / National / Sécheresse : 90.000 agriculteurs touchés par le stress hydrique

Sécheresse : 90.000 agriculteurs touchés par le stress hydrique

Le premier ministre Aïmen Benabderrahmane a indiqué samedi lors de son passage à l’assemblée nationale à l’occasion de la Déclaration de politique générale du Gouvernement que le Gouvernement a pris des mesures concrètes pour recenser les personnes touchées, et les résultats préliminaires ont permis de recenser 90.000 agriculteurs dans 34 wilayas, avec une superficie sinistrée estimée à 1,2 million d’hectares et un déficit hydrique de 90% dans la plupart des wilayas du nord du pays, a poursuivi le Premier ministre.

Pour rappel, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a ordonné, lors du Conseil des ministres qu’il a présidé le dimanche 1er octobre « la prise d’une batterie de mesures en faveur des agriculteurs touchés par la sècheresse, et ce à travers le report du paiement de la taxe sur les terrains octroyés au titre d’une concession, la suspension du remboursement des crédits agricoles “Rfig” pour une durée de trois ans, le paiement du taux d’intérêt sera à la charge de l’Etat et l’indemnisation des producteurs de céréales et leur dotation en semences et engrais à titre gracieux”.

«Par solidarité avec les agriculteurs afin de préserver leurs revenus et d’éviter une détérioration de leurs conditions sociales qui pourrait entraver le succès du lancement de la saison agricole 2023-2024.

Sur un autre registre, le Premier ministre a expliqué, en réponse aux préoccupations des membres de l’Assemblée populaire nationale (APN) au sujet de l’élevage du bétail, que les résultats du recensement mené, pour la première fois en 2022-2023, par l’Etat, ont montré une diminution de ce cheptel à 21,7 millions de têtes, dont 17,3 millions de têtes ovines.

Afin de garantir la stabilité et le développement du secteur des viandes rouges, il a rappelé les mesures prises, dont l’ouverture de l’importation de viande bovine et ovine avec une réduction des droits de douane de 30% à 5% afin d’assurer la disponibilité de ces viandes et d’en réguler le prix.

Concernant la stabilité et le développement de la filière des viandes blanches, le Premier ministre a affirmé que l’Etat avait pris des mesures pour renforcer la disponibilité du produit en « lançant un appel d’offres pour importer une quantité limitée » de viandes blanches et d’œufs d’incubation, et « avoir, ainsi, un stock stratégique en prévision du prochain mois de Ramadan ».

R.N.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Secteur de la sidérurgique : l’Algérie veut exporter son acier vers l’Europe

La nouvelle feuille de route du secteur industriel doit permettre l’émergence d’un nouvel écosystème national …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *