Accueil / International / Restriction des visas français envers les Algériens : Emmanuel Macron persiste et signe

Restriction des visas français envers les Algériens : Emmanuel Macron persiste et signe

Le différend entre la France et les pays du Maghreb autour de la question des visas n’est pas réglé. Les conditions posées par le gouvernement français sont toujours à l’ordre du jour.

Dans une déclaration, en marge du sommet de la francophonie qui se tient à Tunis, le président Emmanuel Macron a exprimé sa satisfaction de ces mesures. Pour lui il s’agit de «de coup de chauffe de ces derniers mois» qui a eu « de l’effet » puisque, assure-t-il, les expulsions de clandestins sont désormais « facilitées ».

Emmanuel Macron a qualifié d’ « inacceptable » le refus de reprendre les clandestins, d’autant plus qu’ils sont la résultante de « trafics organisés » et sont « identifiés comme dangereux ».

Il s’agit de mesures prises par le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, qui consiste à conditionner la délivrance de visas au règlement du problème de l’émigration clandestine.

L’objectif était de contraindre les gouvernements de ces pays à coopérer sur la question des reconduites aux frontières en délivrant les laissez-passer consulaires nécessaires pour le rapatriement de leurs ressortissants en situation irrégulière et faisant l’objet de procédures d’expulsion.

C’est d’ailleurs ce problème qui a provoqué, en partie, une brouille dans les relations algéro-françaises qui a duré plus d’un an.

Alors que le ministre de de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, assurait que plus de 7 000 OQTF étaient prononcées à l’encontre de clandestins algériens et que les consulats d’Algérie en France délivraient les laissez-passer au compte-gouttes, le président algérien Abdelmadjid Tebboune l’a accusé en octobre 2021 de « gros mensonge», indiquant que seules 94 demandes étaient parvenues aux autorités algériennes, dont 21 ont été satisfaites.

À l’automne 2021, le porte-parole du gouvernement français a annoncé la réduction de moitié des quotas de visas à délivrer aux demandeurs des pays du Maghreb.

La mesure s’est traduite par des taux de refus des demandes de visa de 50 % en Algérie et au Maroc et de 30 % en Tunisie.

Cela étant dit, les restrictions de visas envers les ressortissants du Maghreb, plus précisément les Algériens, sont étroitement liées à la nouvelle politique de l’émigration décidée par l’Etat français depuis la présidence Sarkozy. Il s’agit de trier les personnes candidates à l’émigration selon les intérêts de l’économie du pays d’accueil. Les statistiques du nombre de visas délivrés aux étudiants le prouvent le plus clairement du monde. Le nombre de visas étudiants est passé de 5 200 en 2019 à plus de 7 700 en 2021. C’est clair net et précis, la libre circulation des personnes est le dernier souci de la France officielle, seul compte l’intérêt.

Abir N.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Agression sioniste à Gaza : trêve humanitaire de 4 jours à partir de ce matin 

La résistance palestinienne et l’entité sioniste sont parvenues à un accord de trêve humanitaire, confirmé …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *