Accueil / International / Répondant au plan des médiateurs : Hamas propose un cessez-le feu de 135 jours

Répondant au plan des médiateurs : Hamas propose un cessez-le feu de 135 jours

·         Une étape vers un cessez-le-feu “global et complet”

Le Mouvement de résistance palestinien Hamas a répondu mardi dans un “esprit positif” à la dernière proposition des médiateurs qatari, égyptien et américain pour un cessez-le-feu à Ghaza, où l’entité sioniste mène une agression sauvage depuis le 7 octobre dernier. Le Hamas a indiqué dans un communiqué qu’il cherchait toujours à obtenir un cessez-le-feu “global et complet” pour mettre fin à l’agression sioniste contre le peuple palestinien, dont le bilan est passé mardi à 27.585 martyrs, en majorité des femmes, des enfants et des adolescents.

Il s’agit, en fait, d’une contre proposition au plan élaboré par le groupe des intermédiaires, à Paris et à Doha.

Différentes sources médiatiques ont rapporté que le mouvement Hamas a élaboré un projet de cessez-le-feu de trois phases chacune d’une durée de 45 jours, susceptible de conduire à la fin du conflit.

Hamas échangerait les derniers prisonniers sionistes israéliens enlevés le 7 octobre contre des prisonniers palestiniens incarcérés à Israël. La reconstruction de Gaza commencerait, les soldats israéliens se retireraient complètement et les dépouilles seraient échangées.

Selon la contre-proposition du Hamas, toutes les femmes otages israéliennes, les hommes de moins de 19 ans, les personnes âgées et les malades seraient libérés au cours de la première phase de 45 jours en échange de la libération des femmes et des enfants palestiniens des prisons israéliennes.

Les otages masculins restants seraient libérés au cours de la deuxième phase, et les restes échangés au cours de la troisième phase. Au terme de la dernière phase, le Hamas s’attend à ce que les deux parties parviennent à un accord sur la fin de la guerre.

Le groupe terroriste, qui gouverne la bande de Gaza, a indiqué dans un avenant à la proposition qu’il souhaitait la libération de 1 500 prisonniers, dont un tiers serait choisi sur une liste de Palestiniens condamnés à la perpétuité par Israël.

La trêve permettrait également d’accroître l’acheminement de nourriture et d’autres formes d’aide aux civils de Gaza, le Hamas réclamant l’envoi de 500 camions par jour.

Citant des sources anonymes, Sky News Arabia a rapporté que le Qatar aurait dit au Hamas qu’Israël accepterait la libération de 3 000 à 5 000 prisonniers palestiniens, que le Hamas pourrait choisir, dans le cadre d’un accord de libération d’otages.

Sky News indique également que le Qatar tente d’assouplir les exigences du Hamas en matière de cessez-le-feu et de retrait des forces israéliennes, dans l’espoir de les remplacer par un engagement à pousser Israël à retirer ses forces.

Selon le reportage, le Qatar a également proposé le retour des habitants déplacés de Gaza dans leurs foyers, la construction de nouveaux camps de réfugiés de meilleure qualité et le renouvellement des services d’approvisionnement en eau et d’évacuation des eaux usées.

A l’heure où nous mettons sous presse, la partie sioniste n’a pas encore donnée la réponse officielle. Il y a, cependant, une ambivalence dans leur attitude. D’un côté, c’est leurs services de sécurité, Mosad et Shabat réunis, qui participent aux négociations aux côtés des Américains, Egyptiens et Qataris, et de l’autre part, le discours de Nétanyahou répète à qui veut l’entendre que la guerre se poursuivra. Pas plus tard que mardi soir, il a déclaré : « Nous sommes sur le chemin de la victoire totale. Il n’est pas question de nous arrêter », a alors dit Benyamin Netanyahu, dont les services ont toutefois indiqué que « les détails [de la proposition] sont examinés attentivement par les responsables impliqués dans les négociations».

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken était, hier, en Israël. Sa mission, dit-on, est de pousser les différentes parties à accepter une proposition d’accord de trêve. Il se trouve que le point d’équilibre que cherche les Américains est toujours du côté sionistes. Depuis le 7 octobre dernier, aucun responsable américain ne s’est prononcé en faveur d’un cessez-le-feu. Au contraire, la maison blanche a toujours poussé Tel-Aviv  à parachever son plan génocidaire. 

Selon l’activiste Mustapha El Barghouthi, la réponse de Hamas signifie que l’Armée sioniste a échoué dans la guerre. Son intransigeance traduit une assurance sur le plan militaire.

En effet, trois mois après une offensive terrestre sans précédent, dans laquelle l’entité sioniste a mis tous ses moyens technologiques avec le soutien de tout l’occident et le pays arabes du voisinage, Netanyahou a échoué dans ses projets d’anéantir la résistance.

La résistance est toujours là avec une capacité intacte à rendre coup pour coup à l’Armée sioniste. Pour d’autres analystes, c’est exactement la réponse qu’attendait le premier ministre sioniste pour continuer son œuvre criminelle contre le peuple palestinien. 

Sid Ali

A propos LA NATION

Voir Aussi

Les agences de l’ONU : mise en garde contre une “explosion” du nombre d’enfants martyrs

Plusieurs agences des Nations unies ont averti que la pénurie alimentaire alarmante, la malnutrition généralisée …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *