Accueil / Conjoncture / Relations algéro-françaises : Tebboune annonce le retour prochain de l’ambassadeur à Paris

Relations algéro-françaises : Tebboune annonce le retour prochain de l’ambassadeur à Paris

Le président de la république, Abdelmadjid Tebboune a annoncé, lors d’une interview avec la Chaîne qatari Al Jazia, diffuée hier, que le retour prochain de l’ambassadeur algérien Saïd Moussa à Paris. Cela ne veut pas dire que les relations entre les deux pays sont au beau fixe. Elles restent, au contraire, «instables,» a-t-il indiqué clairement. Les relations entre l’Algérie et la France se sont largement dégradées suite à l’affaire Amira Bouraoui. L’Algérie reproche à la France d’avoir exfiltré une ressortissante algérienne à partir du territoire tunisien, alors qu’elle était sous une interdiction de quitter le territoire national (ISTN).

L’Algérie a réagi en dénonçant une « exfiltration illégale » et a rappelé son ambassadeur à Paris pour « consultations ». En termes d’impact sur les relations bilatérales, cela équivalait à une rupture des relations diplomatiques.

L’Espagne se trouve être le 2e pays européen dont les relations avec l’Algérie traversent une période de fortes turbulences depuis une année, après la décision du gouvernement de Madrid de s’aligner sur les thèses marocaines concernant le Sahara occidental.

Le revirement de Madrid sur le conflit au Sahara occidental a poussé l’Algérie à revoir sa position, en rappelant son ambassadeur en Espagne, avant d’annoncer début juin de la même année, le gel du traité d’amitié entre les deux pays. Dans la foulée, les relations commerciales entre l’Algérie et l’Espagne ont été rompues, à l’exception des livraisons du gaz algérien.

Tebboune a dit que l’Espagne a «oublié qu’il est l’ancienne puissance coloniale du Sahara occidental et que sa responsabilité est toujours engagée.» Il a estimé que la position du gouvernement espagnol de Pedro Sanchez est partielle et que les actions secrètes de ce dernier ne les exonèrent pas de leurs responsabilités dans le conflit au Sahara occidental.

Sur les relations algéro-italiennes, le président Tebboune a souligné leur solidité et leur caractère « stratégiques et historiques » et qu’elles remontent à l’époque de la révolution algérienne. Il a noté que « l’accord énergétique » entre l’Algérie et l’Italie comprend « l’électricité, le gaz et l’hydrogène, et nous cherchons à le mettre en coopération avec l’Europe ».

Algérie-Maroc : le point de non-retour

Les relations avec le Maroc constituent la crise la plus retentissante qui soit entre deux pays arabes et voisins de surcroît, suite à une série d’actes hostiles du royaume à l’égard de l’Algérie.

Abdelmadjid Tebboune a affirmé que les relations entre les deux pays ont «atteint un point de non-retour». Tout en exprimant ses « regrets » que les rapports entre les deux aient atteint ce niveau de détérioration, il a assuré que la position de l’Algérie était une « réaction » à ce que faisait le Maroc.

Sur la crise ukrainienne, le président Abdelmadjid Tebboune a déclaré que l’Algérie est « qualifiée pour jouer le rôle de médiateur, car elle fait partie des pays qui ont une crédibilité suffisante pour la médiation », selon Al Jazeera. Le président algérien a indiqué que sa visite de travail en Russie est toujours d’actualité et aura lieu en mai prochain à l’invitation du président russe Vladimir Poutine.

Synthèse : Sid Ali

A propos LA NATION

Voir Aussi

Secteur de la sidérurgique : l’Algérie veut exporter son acier vers l’Europe

La nouvelle feuille de route du secteur industriel doit permettre l’émergence d’un nouvel écosystème national …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *