Accueil / Economie / Mohamed Djebili (responsable au ministère de l’industrie) : les prix des voitures reviendront comme ils étaient en 2015 et 2016

Mohamed Djebili (responsable au ministère de l’industrie) : les prix des voitures reviendront comme ils étaient en 2015 et 2016

«Les prix (des voitures) reviendront comme ils étaient avant, en 2015 et 2016. Il y aura les mêmes prix que dans les autres pays. Le véhicule commercialisé en Italie à un prix donné aura le même tarif en dinars algériens selon le taux de change », a déclaré lundi Mohamed Djebili, directeur des industries sidérurgiques, mécaniques, aéronautiques et navales au ministère de l’industrie, sur la chaîne Echourouk News.  Il faut attendre la fin de l’année prochaine pour vérifier une telle annonce. Quoi qu’il serait difficile, voire impossible de revenir aux prix pratiqués il y a déjà huit ans.

Selon le même responsable, le ministère de l’industrie a enregistré 21 demandes d’agrément préalable pour l’importation des véhicules tout type confondu, 13 demandes concernent les engins roulants et 3 autres dans le domaine de la fabrication. Il a précisé que le ministère a recensé 151 comptes ou inscriptions au niveau de la plateforme mise en place au profit des concessionnaires automobiles.

Outre le rappel de la date prévue pour la sortie de la première voiture de la future usine Fiat du groupe Stellantis (décembre 2023), le directeur des industries a indiqué que l’activité du groupe ne se limitera pas à la marque italienne. Il n’est pas impossible que les marques comme Peugeot, Citroën ou encore Jeep soient assemblées en Algérie dans une deuxième étape.

Le groupe Stellantis a fait son entrée sur le marché algérien avec la marque Fiat mais rien ne l’empêche d’un point de vue juridique d’assembler des véhicules d’autres, a précisé Mohamed Djebili.

Par ailleurs, le même responsable a précisé que Fiat va assembler quatre modèles de voitures dont un utilitaire léger, ajoute-t-il, sans donner de détails. Concernant la question de l’intégration, Djebili a indiqué que conformément au cahier des charges relatif à la construction automobile en Algérie, le gouvernement ne sera pas regardant sur le taux d’intégration durant les 24 premiers mois après l’obtention de l’agrément.

Le même cahier des charges a exigé un taux d’intégration de 30 % dans un délai de 5 ans.

Pour rappel, l’usine algérienne de la marque Fiat commencera l’activité avec une capacité de 60 000 voitures par an à partir de la première année et atteindra à terme 90 000 unités, a déjà indiqué le ministère de l’industrie en marge de la signature des accords avec la firme italienne mardi dernier.

Le groupe Stellantis a signé, le 29 novembre dernier, le cahier des charges fixant les modalités de l’activité de construction automobile. Le groupe automobile américano-européen a également signé une convention avec l’agence algérienne de promotion de l’investissement.

Autre annonce de taille, le même responsable a fait savoir que l’usine Renault d’ Oued Tlilet (Oran) reprendra, lui aussi son activité dans le cadre des nouvelles règles fixées par le gouvernement algérien en passant du montage à la construction.

En plus de Fiat, Renault Algérie devrait également passer de l’étape du montage à celle de la construction, a révélé Mohamed Djebili. Renault Algérie produira les modèles qu’il commercialise actuellement: Symbol et Stepway avec l’obligation d’ajouter un modèle utilitaire léger qui pourrait être le Kangoo.

Abir N.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Industrie pharmaceutique : le volumes des exportations de médicaments en 2024 attendu en forte hausse

Les exportations de médicaments devraient atteindre 80 millions de dollars à la fin de l’année …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *