Accueil / Economie / Marché du travail : l’impact du Covid-19 sur le recrutement

Marché du travail : l’impact du Covid-19 sur le recrutement

La crise sanitaire a eu des effets ravageurs sur l’emploi en Algérie. Au cours de l’année 2020, une grande partie des entreprises ont cessé d’embaucher.

Près des deux-tiers de 700 entreprises algériennes, sondées dans le cadre d’une étude, ont déclaré que leurs recrutements ont été durement touchés par la crise du Covid-19. Le tiers restant a, pour sa part, continué de recruter en dépit des effets de la pandémie.

Plus de 74% des entreprises du secteur des services sondées ont ainsi « gelé ou annulé » l’embauche de nouvelles recrues, suivies par celles du bâtiment, avec 70%, et celui de l’industrie avec 52%, selon l’enquête.

Ces résultats ont été annoncés lors d’une conférence de presse tenue par Kamel Rezig, ministre du Commerce, pour présenter une étude sur les perspectives d’emploi en Algérie durant le 1e semestre 2021. L’enquête a été réalisée conjointement par la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) et l’entreprise Emploitic.

 «A part les premiers mois de confinement strict, le secteur de l’industrie a mieux résisté. Environ « 52% des entreprises sondées ont annulé, gelé leurs recrutements ou les ont décalés », selon l’étude.

Kamel Rezig a souligné que le secteur du Commerce a été le grand « créateur d’emploi malgré la crise sanitaire ». Les entreprises du secteur de la distribution et de l’informatique ont maintenu leur niveau de recrutement, respectivement, à 39% et 33%.

La directrice générale de la CACI, Ouahiba Behloul, a indiqué pour sa part que l’étude « offre une large vision sur les prévisions des entreprises en termes de recrutement à travers le territoire national et dans les différents secteurs d’activités pour l’année 2021 ». Une deuxième étude est en cours de réalisation, selon elle.

De son côté, le directeur général d’Emploitic, Louai Djaffer, a noté que 26% des entreprises impactées ont décalé leurs recrutements contre 24% qui ont décidé de les geler alors que 14% les ont carrément annulés.

« Même si la plupart des secteurs se disent grandement impactés par la crise, trois secteurs d’activités se distinguent par leur volonté de croissance», a-t-il révélé. Ainsi, selon lui, dans le secteur de l’industrie, 45% des entreprises sont en faveur d’une croissance de leurs effectifs. Elles sont suivies par celles de la distribution, avec 40% d’entreprises qui prévoient de recruter en 2021, et les services (32%). Ces dernières ont été le plus durement touchées en 2020.

Mourad Fergad

A propos LA NATION

Voir Aussi

Par Anouar El Andaloussi : la prédation financière

Dans une précédente chronique, nous avions parlé de l’évolution du capitalisme sur les deux derniers …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *