Accueil / National / Lutte contre la drogue en Algérie : la consommation de la Cocaïne a augmenté de 200%

Lutte contre la drogue en Algérie : la consommation de la Cocaïne a augmenté de 200%

La consommation de la Cocaïne, la plus redoutable des drogues dures, a augmenté de 200 % l’année dernière par rapport à l’année 2021, a révélé hier, sur les ondes de la Chaîne une de la Radio nationale, la directrice de la prévention au niveau de l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (ONLCDT), Ghania Mokdache.

Ce pourcentage n’est pas étranger au trafic de plus en plus important de cette substance sur le sol algérien. Les prises des services de sécurité varient entre quelques grammes et des centaines de kilos. L’affaire El Bouchi en témoigne. Cela classe l’Algérie en pays de consommation net de drogues dures.

La hausse de la consommation concerne, aussi et surtout, les drogues, appelées communément drogues douces et les psychotropes. Ainsi, le cannabis reste la variété de drogue la plus consommée en Algérie.

Le même constat est fait par la directrice de la prévention de l’ONLCDT concernant les autres drogues consommées en Algérie à l’image du cannabis ou des psychotropes.

«On note également une progression dans la consommation des autres drogues à hauteur de plus 100% durant les dix premiers mois de 2022 à comparer avec la même période en 2021», a expliqué la directrice de l’ONLCDT.

Il est connu que l’Algérie, par sa géographie, est en bonne position pour être l’espace idéal pour le transit de la drogue, comme tout autre trafic et contrebande. Le piège est que les zones de transit se prêtent facilement à devenir des zones de consommation, constate Ghania Mokdache. 

C’est ainsi, que, durant les dix premiers mois de l’année 2022, près de 60 tonnes de cannabis ont été saisis, selon la responsable.

Concernant l’âge des consommateurs, aucune tranche n’est épargnée. Le phénomène touche, désormais, tout le monde, y compris les élèves des écoles primaires. « Même si ça reste marginal, dans les écoles primaires, il y a des cas de consommation de psychotropes », affirme-t-elle.

 « L’âge de la consommation est de plus en plus précoce. Les enquêtes réalisées par l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie dans les environnement scolaire et universitaire le montrent », fait remarquer la responsable de l’ONLCDT. Les dealers ciblent particulièrement les « catégories fébriles », poursuit-elle.

L’Algérie, de par sa proximité du Maroc, un des plus grands producteurs de cannabis, est une zone de transit par excellence de cette drogue, explique Ghania Mokdache, chiffres à l’appui.  Durant les dix premiers mois de l’année 2022, près de 60 tonnes de cannabis ont été saisis, selon la responsable.

« Les pays de transit de drogues deviennent systématiquement des zones de consommation. Le crime s’organise autour des drogues dans les pays de transit », note Ghania Mokdache.

Abir N.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Complexe Sider El Hadjar d’Annaba : reprise de la production dans la zone endommagée

L’activité de production dans la zone endommagée par la panne survenue au complexe sidérurgique d’El …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *