Accueil / Economie / Le prix de l’oignon rouge en Algérie suscite la consternation des consommateurs

Le prix de l’oignon rouge en Algérie suscite la consternation des consommateurs

Depuis le début du mois du Ramadan. Les Algériens peinent à trouver une explication à un produit très demandé et d’ordinaire très disponible et à des prix modestes.

Le premier jour du mois sacré, le kilo d’oignon rouge est proposé à 180 DA. Alors que les consommateurs attendaient une baisse, les prix ont continué leur envolée. Vendredi, le kilo se paie à 200 DA, parfois à 220 dinars.

Dans des déclarations à la presse en marge, lors d’une plénière consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN) de cette séance, le ministre de l’agriculture, Mohamed Abdelhafid Henni a déclaré qu’il n’y a pas de raison pour augmenter le prix de certains légumes comme l’oignon dont les stocks dépassent 8000 tonnes.

Ainsi, le ministre suggère la spéculation comme explication à l’envolée des prix. Selon certains producteurs, le problème réside, justement, dans la faible capacité de stockage chez les agriculteurs. Pour d’autres, la responsabilité incombe à l’absence d’une politique de régulation. Ce pourquoi, on insiste sur l’intervention de l’Etat pour équilibrer les prix à chaque fois qu’ils tombent en dessous d’une moyenne qui couvrent le coût de la production et qui garantit une marge acceptable.

Le ministre de l’agriculture a également qualifié d’”inadmissible” le prix de la pomme locale, cédée à 600 DA, notamment au regard de la disponibilité des marchandises.

Concernant la distribution des viandes rouges importées à l’occasion du mois de Ramadhan, le ministre a affirmé que la situation connaîtra une nette amélioration cette semaine, ajoutant que les consommateurs peuvent s’enquérir des 1100 points de vente consacrés à cette opération via la plateforme numérique mise en place à cet effet par son département ministériel.

Rappelant la poursuite de l’opération d’importation, le ministre a indiqué qu’il est prévu jeudi l’arrivée du deuxième navire chargé de 2500 têtes de veaux destinés à l’abattage.

S’agissant des prix des viandes importées, le ministre a souligné avoir ordonné l’unification du prix des viandes rouges, tous morceaux confondus, à 1200DA/kg.

La décision du ministre est intervenue en réaction aux comportements de certains bouchers conventionnés qui proposent les viandes importées à divers prix dépassant le seuil fixé (1200 DA), selon les morceaux.

Abir N.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Complexe Sider El Hadjar d’Annaba : reprise de la production dans la zone endommagée

L’activité de production dans la zone endommagée par la panne survenue au complexe sidérurgique d’El …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *