Accueil / National / Le Général d’Armée Chanegriha en visite officielle en France : le Sahel au cœur des discussions

Le Général d’Armée Chanegriha en visite officielle en France : le Sahel au cœur des discussions

Le Chef d’Etat-Major de l’Armée nationale populaire (ANP), le Général d’Armée Chanegriha Said, a entamé lundi, une visite officielle en France, sur invitation du Chef d’Etat-Major des Armées françaises, le Général d’Armée Thierry Burkhard, a indiqué un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN).     

Le communiqué ajoute que cette visite s’inscrit dans le cadre du “renforcement de la coopération entre l’Armée nationale populaire et les Armées françaises,» et qu’elle permettra aux deux parties d’examiner les questions d’intérêt commun.»

 «Cette rencontre est hautement symbolique alors qu’aucun patron de l’armée algérienne ne s’est rendu en France en visite officielle depuis près de 17 ans,» a commenté l’AFP.

En fait, le voyage effectué en mai 2006, l’ex chef d’état-major, le défunt Ahmed Gaïd Saleh, n’était pas dans le cadre d’une mission officielle du chef de l’Armée algérienne pour une quelconque mission en France. Gaïd Saleh était en mission auprès de l’ex-président algérien hospitalisé en France…  

Burkhard avait rencontré son homologue algérien les 25 et 26 août 2022 lors du voyage du président français Emmanuel Macron en Algérie.

Les deux responsables avaient alors évoqué la situation sécuritaire au Sahel et abordé le renforcement de la coopération entre les armées algérienne et française.

Force est de constater que les contacts militaires, à ce niveau de représentativité, interviennent au moment où la présence militaire française en Afrique, et plus précisément dans le Sahel, est en perte de vitesse. Les gouvernements malien et burkinabé ont clairement sommé la France de retirer ses troupes. Des manifestations ont eu lieu dans les capitales tchadienne et nigérienne contre la présence de militaires français sur leurs territoires.

Les autorités françaises espèrent que l’Algérie calmerait le jeu entre l’ancien colonisateur et ses anciennes colonies, d’une part, et d’autre part, prendre part, directement à des opérations militaires aux côtés des troupes françaises, chose que l’Armée algérienne s’est, jusque-là, garder de faire.

Selon les observateurs des deux côtés de la Méditerranée, le Sahel reste le sujet central d’une éventuelle collaboration dans le domaine de la défense entre les deux pays.

La position de l’Algérie vis-à -vis de la crise au Mali, par exemple, est claire. Rien, absolument rien, ne pourrait remplacer l’accord d’Alger. Et si la France attend quelque chose de la part de l’Algérie dans cette région, il ne saurait être au détriment de cet accord.

Sur les autres registres de la coopération militaire, il est peu probable que l’Algérie réoriente son choix d’armement de la Russie vers la France. La France n’acceptera jamais de fournir à l’Algérie ses besoins en armements lourds.

Les visites se poursuivront

Parallèlement à cette rencontre, la secrétaire générale du ministère des Affaires étrangères Anne-Marie Descôtes se rendra en Algérie le 25 janvier “à l’invitation de son homologue algérien, Amar Belani”, a indiqué mercredi le Quai d’Orsay à l’AFP.

Le président de la république Abdelmadjid Tebboune effectuera en mai prochain une visite à Paris.

Le voyage d’Emmanuel Macron à Alger en août avait permis de remettre la relation bilatérale sur les rails, après une crise liée à des propos qu’il avait tenus en octobre 2021.

Sid Ali

A propos LA NATION

Voir Aussi

Agroalimentaire : 650 exposants attendus au salon “Djazagro” du 22 au 25 avril

Ce grand rendez-vous économique devrait accueillir plus de 23.000 visiteurs dont un nombre important de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *