Accueil / National / Incendies de forêts : la plupart des sinistres sont d’origine “criminelle”

Incendies de forêts : la plupart des sinistres sont d’origine “criminelle”

Plus de 8 500 hectares de forêts ont brûlé en ce mois de juillet. C’est la wilaya de Khenchela qui a été le plus touchée. Le ministre de l’Agriculture et du développement rural indique une piste criminelle.

Plusieurs endroits du nord de l’Algérie se sont embrasés en ce mois de juillet a tel point que des commentateurs, notamment sur les réseaux sociaux, ont cru a une action concertée ou du moins intéressée.

Les incendies ont ainsi dévasté près de 8 500 hectares de forêts, dont une majorité dans la wilaya de Khenchela, selon le ministre de l’Agriculture et du développement rural, Abdelhamid Hemdani.

C’est une surface trois fois plus grande que celle ravagée par les flammes l’année dernière à la même période, soit 2 600 hectares, a précisé le ministre dans une déclaration à la Chaîne III de la Radio algérienne.

“C’est inédit dans l’histoire de notre pays et c’est la première fois qu’on assiste à un phénomène aussi criminel, alors que nous sommes qu’au début de la campagne”, a-t-il déploré.

Ces incendies sont, dans la plupart des cas, d’origine “criminelle”, a souligné le ministre en s’appuyant sur le rapport de l’Agence spatiale algérienne d’après lequel les départs de feu de forêts ont ‘’tous’’ eu lieu “sans exception” aux bordures des forêts.

“Il est inadmissible que les forêts des Aurès, ô combien symboliques, soient brûlées de cette façon criminelle à la veille de la fête de l’indépendance”, a-t-il déclaré.

 Cette phrase confirme la thèse d’un complot qui viserait l’Algérie en ces temps difficiles dont les auteurs, animés par des motivations politiques, chercheraient ainsi à nuire à la stabilité du pays.

Il pourrait également s’agir, comme le soutient un autre son de cloche, d’une opération de production sauvage de charbon à la veille de l’Aïd El Adha. Un troisième avis largement répandu soutient que ces actes sont l’œuvre des spéculateurs fonciers qui dénudent ainsi les terrains avant de les détourner vers d’autres activités.

Pour apaiser la colère des propriétaires terriens, en particulier les agriculteurs, Hemdani a annoncé des indemnisations et assuré que les sinistrés seront pris en charge à travers leurs compagnies d’assurances ou directement par le fonds du secteur. Selon lui, le pré-bilan des dégâts fait état de près de 8 000 arbres fruitiers.

“Quel que soit le bilan qui sera arrêté à l’issue des constats et de l’évaluation des dégâts, ça sera pris en charge sur le fond du secteur en nature, pour permettre la relance de l’activité agricole”, a-t-il indiqué.

Mourad Fergad

A propos LA NATION

Voir Aussi

Agroalimentaire : 650 exposants attendus au salon “Djazagro” du 22 au 25 avril

Ce grand rendez-vous économique devrait accueillir plus de 23.000 visiteurs dont un nombre important de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *