Accueil / Economie / Importation et montage de véhicules en Algérie : 120 concessionnaires ont déposé leurs dossiers

Importation et montage de véhicules en Algérie : 120 concessionnaires ont déposé leurs dossiers

A peine une semaine après la publication des cahiers des charges et c’est déjà la bousculade au ministère de l’industrie des concernés par l’activité d’importation et montage de véhicules. Intervenant mercredi sur les ondes de la Chaîne I de la radio nationale, le Directeur général du développement industriel au ministère de l’Industrie, Ahmed Salem Zaid, a révélé qu’entre 110 et 120 dossiers sont déposés.

Aucune indication n’est donnée, par ailleurs, sur le temps que prendra l’étude des dossiers. L’invité de la radio s’est contenté de dire que la première voiture importée est attendue au cours du premier trimestre de l’année prochaine (2023).

Concernant l’importation de véhicules neufs, Ahmed Salem Zaid a également expliqué, sur les ondes de la radio chaîne 1, que « le cahier des charges oblige les concessionnaires à importer une seule marque de véhicules, par le biais d’un contrat les liant à un seul constructeur automobile pour éviter le monopole de l’activité de vente ».

Le même responsable a indiqué que « l’autorisation doit être obtenue directement auprès du constructeur automobile d’origine dans le pays d’origine ».

S’agissant du domaine de la construction automobile en Algérie, M. Zaid a révélé qu’ « il existe de nombreuses marques intéressées à entrer sur le marché algérien, qui sont considérées comme prometteuses dans ce domaine».

Il a ajouté: « Actuellement, l’identité de ces marques ne peut être révélée qu’après l’achèvement de la phase de négociation. »

Il a indiqué que les commissions techniques et les commissions de recours seront installées la semaine prochaine, prévoyant que le premier véhicule importé entrera sur le marché au cours du premier trimestre 2023.

Les moins de 3 ans : Vers des baisses importantes des taxes douanières

Les Algériens désireux d’importer des voitures de moins de trois ans pourraient bénéficier d’une baisse « importante » des droits de douanes sur certains types de véhicules.

Le député Seddik Bekhouche, membre de la commission des finances à l’APN, a annoncé, dans une déclaration accordée à Sabq Press, ce mardi 22 novembre que le gouvernement a accepté de baisser les taxes douanières sur l’importation de certains véhicules de moins de trois ans.

Des baisses allant de 20 à 80% sur les taxes douanières ont été décidées par le gouvernement à la suite de discussions avec la commission parlementaire des finances, selon le député Seddik Bekhouche.

Les baisses concernent les voitures de moins de trois ans électriques, hybrides (électrique – essence) et essence, ajoute le parlementaire.

La diminution des taxes douanières diffère selon les cylindres des voitures en question. Pour les voitures dont les cylindres sont égales ou inférieures à 1800 cm3, la baisse des taxes atteint 80% pour les modèles électriques, 50% sur les types hybrides et essence.

Les modèles dont les cylindres dépassent 1800 cm3 pourront être importés avec une baisse sur l’ensemble des taxes douanières de l’ordre de 20%, poursuit le député.

« Ces facilitations douanières permettront aux citoyens aux revenus moyens d’acquérir des véhicules de moins de trois ans à des sommes qui correspondent à leur pouvoir d’achat. Elles aideront également à équilibrer le marché et à renouveler le parc automobile algérien », indique le membre de la commission parlementaire des finances Seddik Bekhouche.

Abir N.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Secteur de la sidérurgique : l’Algérie veut exporter son acier vers l’Europe

La nouvelle feuille de route du secteur industriel doit permettre l’émergence d’un nouvel écosystème national …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *