Accueil / Economie / Importation des véhicules neufs : le nouveau cahier des charges est «fin prêt»

Importation des véhicules neufs : le nouveau cahier des charges est «fin prêt»

Le nouveau cahier des charges fixant les conditions d’importation de véhicules neufs est «fin prêt», a annoncé lundi le ministre de l’industrie Ahmed Zeghdar, hier, sur les ondes de la Radio nationale Chaîne I.

Il a indiqué que le texte se trouve au niveau du Secrétariat général du Gouvernement, prévoyant sa promulgation pour « bientôt ».

Il s’agit du troisième projet depuis l’arrivée de Abdelmajid Tebboune à la Présidence de la république.  C’est d’ailleurs lui-même qui ordonné l’élaboration de ce nouveau texte après l’échec des premiers.

Le 5 décembre dernier, lors d’une réunion du Conseil des ministres, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait ordonné une révision immédiate du cahier des conditions d’importation des véhicules. Il avait également appelé à accélérer l’annonce des concessionnaires automobiles agréés, soulignant l’obligation de fournir un réseau de services après-vente, en région et dans les grandes villes, comme condition d’acceptation de leurs dossiers.

Parmi les nouveautés contenues dans le nouveau projet, le ministre de l’industrie a cité notamment, la suppression de la condition qui exige, pour l’importation de véhicules de tourisme, que la cylindrée doit être égale ou inférieure à 1600 cm3 équivalent à 1,6 litre.

Zeghdar a fait état de 73 dossiers déposés par les opérateurs économiques désireux d’exercer l’importation de véhicules neufs qui sont étudiés par la commission intersectorielle ainsi que l’introduction de 46 recours.

En août 2020, un premier cahier des charges régissant cette activité avait été publié, puis modifié et publié en mai 2021. Mais aucun concessionnaire automobile n’a obtenu d’agrément pour importer des véhicules.

Des contacts avec des grands constructeurs

Evoquant la question du montage, le ministre a déclaré que « l’objectif visé est d’arriver à mettre sur pied une véritable industrie automobile avec des compétences algériennes et non pas le gonflage des roues ». Il a fait savoir, à ce propos, qu’il y a des contacts avec des grands constructeurs automobiles asiatiques et européens, mais, la crise sanitaire due à la Covid-19 a impacté ces discussions.

Grogne chez les concessionnaires

Récemment, le Groupement des concessionnaires automobile d’Algérie (GCAA) a adressé une nouvelle lettre au président de la République, pour réclamer la délivrance de licences d’importation et pour en finir avec les blocages au sein du comité de recours au niveau du ministère de l’Industrie.

Le groupement de concessionnaires a relevé que près de deux mois « depuis l’instruction du président destinée à libérer les licences d’importation pour les véhicules neufs, le dossier stagne toujours ». Il a également souligné que le cahier des charges n’a pas été modifié comme précédemment ordonné par le président, notant des pertes totales qui dépassaient 1000 milliards de centimes pour les concessionnaires.

Le groupement, composé de 70 opérateurs, a exprimé son « refus d’attendre plus longtemps, en raison des pertes financières importantes qu’ils ont subies au cours des deux dernières années ». Selon le groupement, le retard de la délivrance des licences d’importation a provoqué « une augmentation des prix des voitures qui ont dépassé toutes les limites ». Il a précisé que « les augmentations par rapport à 2016 se sont élevées à plus de 200%, et ont également provoqué une grave pénurie de pièces de rechange ».

Abir N.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Présidence de la république : le président de la République préside une réunion du Conseil des ministres

Le président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *