Accueil / Economie / Gazoduc transsaharien reliant le Nigeria à l’Algérie : le projet avance à grands pas

Gazoduc transsaharien reliant le Nigeria à l’Algérie : le projet avance à grands pas

La relance de ce projet fait l’unanimité des trois pays et une coordination est en cours avec le Niger et le Nigeria pour parachever les études techniques nécessaires avant de réaliser les parties restantes.

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab a affirmé, samedi à Alger, que le projet du Gazoduc transsaharien “TSGP” (Trans-Saharian Gas-Pipeline) avance à grands pas, ajoutant qu’il ne reste que 1.800 km, objet d’études techniques, à réaliser sur les 4.000 km prévus. “Le projet qui s’étend sur 4.000 km d’Abuja aux côtes algériennes destiné à l’exportation du gaz nigérian a connu la réalisation d’une grande partie et il n’en reste que 100 km au niveau du Nigeria, 1.000 km au Niger et 700 km en Algérie, soit un total de 1.800 km”, a précisé M. Arkab lors d’une conférence de presse animée au terme des travaux du 7e Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) au Centre international de Conférence (CIC). Dans le même sillage, le ministre a mis en avant l’importance de la réunion tenue avec le ministre nigérian des Ressources pétrolières en marge du Sommet où il a été souligné “la nécessité de mobiliser tous les moyens pour la relance du projet après le retard enregistré”. Selon lui, la relance de ce projet avait fait l’unanimité des trois pays. Dans ce cadre, une coordination est en cours avec le Niger et le Nigeria pour parachever les études techniques nécessaires avant de réaliser les parties restantes. Concernant la “Déclaration d’Alger” adoptée par les chefs d’Etat et de Gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) tenu samedi à Alger, M. Arkab a estimé qu’elle représentait un acquis pour l’industrie gazière, soulignant la nécessité de la préserver, de la soutenir et de la promouvoir afin de répondre à la demande croissante dans le monde, et élever le niveau de concertation entre les pays exportateurs de gaz pour relever défis actuels. Il a, également, insisté sur la nécessité d’augmenter les investissements gaziers, compte tenu du rôle clé de cette ressource dans la transformation énergétique et sa place importante pour la sécurité énergétique des pays. Après avoir affirmé que l’industrie gazière, qui nécessite d’énormes investissements, exige une vision prospective et claire dans le marché, s’étalant sur au moins 10 ans, le ministre a souligné la teneur du rapport du Forum, à publier prochainement, portant sur la nécessité de mettre fin au ralentissement des investissements dans ce secteur. En Algérie, la loi sur les hydrocarbures offre de grandes facilitations aux partenaires pour la réalisation de projets énergétiques, notamment dans le domaine du gaz, ce qui a été ” accueilli de manière positive par les grandes compagnies énergétiques internationales qui sont actuellement en passe de préparer des contrats à long terme dans ce domaine”, a ajouté M. Arkab, rappelant que l’Algérie, en sus de l’exportation du gaz naturel via des gazoducs d’une capacité de 43 milliards de m3, œuvre à augmenter ses capacités en gaz naturel liquéfié, “dans le cadre de sa vision en faveur de nouveaux marchés, notamment le marché asiatique”. S’agissant des relations énergétiques avec l’Europe, le ministre a précisé qu’il s’agit “de bonnes relations et d’un rapprochement des vues sur les points à débattre lors de la dernière réunion bilatérale de haut niveau”. A une question sur la problématique de financement des projets gaziers soulevée en Europe, le ministre a expliqué que l’Algérie poursuivait ses discussions avec ses partenaires européens sur cette question afin de les convaincre de l’efficacité du gaz en tant que ressource vitale et durable, contribuant à la sécurité énergétique et alimentaire, ajoutant que Sonatrach disposait d’une stratégie visant à diversifier les partenaires en matière de financement. A cet égard, il a fait observer que la société italienne “Eni”, par exemple, disposait d’investissement d’un volume de plus d’un milliard de dollars en partenariat avec Sonatrach pour financer plusieurs projets d’exploration et d’exploitation. Dans le même ordre d’idées, il a salué les relations solides stratégiques dans le domaine énergétique entre l’Algérie et l’Italie, illustrées par un gazoduc d’une capacité de 32 milliards de mètres cubes par an, outre les projets d’électricité et le projet futur d’exportation d’hydrogène vers l’Allemagne, rappelant que la société “Snam” se chargeait de l’ingénierie depuis l’Allemagne et l’Autriche jusqu’en Italie et en Tunisie. Par ailleurs, M. Arkab a affirmé l’attachement de l’Algérie à accompagner les Etats africains dans les projets d’industrie gazière à travers la formation. A une question sur les programmes d’investissement dans le domaine du gaz en Algérie, le ministre a souligné que le groupe Sonatrach s’attelait à l’intensification de la production gazière, citant les projets d’exploration en cours. “Allah a gratifié l’Algérie de nombreuses richesses, sachant que l’exploration est toujours en cours dans la région ouest”, a déclaré le ministre. «Nous n’avons exploré que 47% de la zone totale d’exploration dans le pays, ce qui exige le lancement intensifié de nouveaux projets », a-t-il ajouté. Pour sa part, le PDG de Sonatrach, Rachid Hachichi, également présent à la Conférence, a rappelé que l’Algérie avait exporté l’année dernière 30 mds m3 de gaz naturel liquéfié (GNL), sachant qu’elle jouit des capacités lui permettant d’atteindre 56 mds m3.

Synthèse: S.Aït Kaci

A propos LA NATION

Voir Aussi

Complexe Sider El Hadjar d’Annaba : un incident à l’unité PMA perturbe la production

Le Complexe Sider El Hadjar d’Annaba connait depuis deux jours une perturbation de sa production …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *