Accueil / En vrac / “En vrac” par Madjid Khelassi : Nostalgérie

“En vrac” par Madjid Khelassi : Nostalgérie

Emmanuel Macron a invité Abdelmadjid Tebboune pour la conférence internationale sur la Libye. L’alibi libyen, tombait à pic pour récoler les morceaux d’une relation, mise à mal par les déclarations du président Macron, sur une inexistante nation algérienne avant l’arrivée de la colonisation française.

Rien n’y fit. Tebboune a décliné l’invitation et c’est son ministre des affaires étrangères qui a représenté l’Algérie dans ce raout parisien.

Tebboune droit dans ses bottes à dit la presse. Et pas prêt à faire le premier pas. 

Quid du présent et de l’avenir des relations ? C’est mystère et boule de gomme. 

Car encore une fois, les relations hoquettent et tout semble hors cadre. 

Surtout dans le contexte électoral français, où l’Algérie est omniprésente à chaque échéance.  

De  Zemmour  à Xavier Bertrand et de Marine le Pen à Éric Sciotti…Tout ce joli monde se shoote à l’Algérie, à ses immigrés et à son histoire. Et  c’est toujours plus fort , plus haut et plus chauvin voire raciste. 

Congrès du parti LR, sorties agitées de Zemmour,  phrases et subordonnés relatives au racisme du RN…Tous succombent à la marotte…Algérie. 

Nostalgérie oblige, l’ancienne colonie devient le RMI des saloperies à débiter. 

C’est une tournée générale où la cuite quotidienne se fait pédante. Voire civilisée et ayant horreur de se repentir. 

Apologie du racisme , du déni, de l’homophobie…C’est le streap tease politique sans gloire et en prime-Time sur les chaînes de télé de Bolloré et consorts. 

Le grand vertige de l’Elysée a un seul chemin de Damas… l’Algérie. L’ex soleil de l’empire qui rayonnait de Tamanrasset à Dunkerque. 

Macron profitant de l’alibi libyen pensait renouer avec Tebboune. Raté ! 

Il est des bourdes irrattrapables. Et des nations qui ne badinent pas avec leur honneur. 

Les gaulois, quand ils virent  immondes, se préfèrent quand même au reste du monde.

On va vous punir semble dire Moussa Darmanin, ministre de l’intérieur.  

Et sévit fissa. Pas de visa ou juste un petit chouïa. Mesure à la grandeur discount et à la hauteur humaine low-cost. 

Xavier Bertrand déclare mettre fin aux accords de 1968, s’il est élu. Sa menace pue la drague du FN, lui qui se dit gaulliste.

Finalement , la droite française n’a pas survécu à De Gaulle. Et la faillite Fillon pas servi à grand-chose. 

A propos LA NATION

Voir Aussi

Par Anouar El Andaloussi : l’économie mondiale contrainte par la géopolitique

Davos n’a plus son charme d’antan. Les déclarations des chefs d’Etat et des grandes firmes …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *