Accueil / En vrac / « En vrac » par Madjid Khelassi : Magouilles en haute mer 

« En vrac » par Madjid Khelassi : Magouilles en haute mer 

La sardine, tient depuis quelques temps le haut de l’affiche palabreuse. Elle s’est même invitée, il n’y’ a pas longtemps, dans  un conseil des ministres, où le président de la république, étonné de l’envol de son prix, a interpellé le ministre de la pèche sur le pourquoi du comment…de cette cherté.

La sardine en conseil des ministres…Belle revanche de cette espèce marine, originaire de la Sardaigne  et qui tient son nom des grecs, qui avaient remarqué son abondance dans les eaux de cette île.

Considérée  comme le poisson du pauvre, elle défie porte- monnaies et  bourses algériennes.

1200 kilomètres de côtes et la sardine à 1200 dinars….fulminent les amateurs de l’Escabéche.

Cela pourrait s’intituler le vieil homme et l’amer réalité sardinée ! Ou la sardine vous salut bien et vous snobe !

Drôle d’histoire que celle de l’algérien et du poisson ! Rareté du produit et cherté de l’offre. Et réputation sulfureuse de nos pêcheurs qui jettent la moitié de la cargaison avant d’entrer au port…afin de gonfler les prix.

Boutef avait mis à la tête du ministère de la pèche, ses copains du Hamas…Qui se firent « marins » et équipèrent de chalutiers, leurs proches. C’était presque Moby Dick, troquant le caban avec la gandoura, et  essayant de pêcher la sardine via la politique. Mais rassurez-vous, la crasse date de bien avant Hamas.

Saloperie et cupidité en latitude et longitude. Le poisson est comme une voile de gaze entre les mains d’un truqueur. Avec pratiques sordides à l’heure du filet pélagique et de la  sonde numérique!

A l’ouest, dit la réputation…Nos marins vénaux à bâbord et à tribord, vendent en haute- mer, leurs cargaisons aux espagnoles  (en euros) et rentrent bredouilles. Les moussaillons de la Numidie côtière  se prosternent chaque jour, devant la thune ibère.

Magouilles d’écumes et perversion d’un métier qui forme des marins salauds et des capitaines cupides.

Il est 6 heures du mat à la pêcherie d’Alger…Le poisson trône en haut de l’affiche…des prix.

Sardine à 1000 dinars le kilo, la crevette royale à 4000, l’espadon à 3000,  la sépia à 2500.

L’hameçon, jadis dirigé vers le poisson, accroche désormais le client en le dépouillant…C’est l’histoire de la sardine vendue au prix du homard dans l’Algérie des 1200 kilomètres de côtes…perverties.

A propos LA NATION

Voir Aussi

« En vrac » par madjid Khelassi : mourir…pour un sachet de lait.  

Un homme d’une trentaine d’années est mort des suites d’un coup de matraque, que lui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *