Accueil / En vrac / “En vrac” par Madjid Khelassi : la valse des sous 

“En vrac” par Madjid Khelassi : la valse des sous 

« Je n’arrive pas à lire le chiffre tellement il est long. Je ne sais plus s’il est en dinars ou en centimes. Le montant est énorme. C’est effarant »…C’est par ces mots que le juge de la cour d’Alger , a ouvert les auditions du procès en appel de l’ancien homme d’affaires Ali Haddad. Interrogé sur le chiffre (tellement long),Ali Haddad a répondu que le chiffre était  de 211 000 milliards de centimes, soit 18 milliards de dollars !!!

Mais  que tout a été fait dans le cadre de la loi ! Il ajoute que ce chiffre représentait peu, comparativement au nombre de de projets et crédits bancaires pendant cette période !

En outre il a reconnu avoir acheté un hôtel à Barcelone pour un montant de 54 millions d’euros.

Ali ou l’histoire d’un homme qui, toujours , sourire  aux lèvres , a donné sa fausse réussite en spectacle, jusqu’au jour où  son empire en carton- pâte se délita  dans le fracas tellurique de la chute collective de ses potes , les oligarques mangeurs de sous mal acquis.

Bienvenu chez les riches avec l’argent des autres ! Servez-vous ! Il y’en aura pour tout le monde . Les 1800 milliards de dollars de «  Bahbouha » pétrolière sont faits pour ça !

Au suivant…faites le plein dans le casino du pillage planifié et du melting-pot le plus déroutant de l’histoire du monde… où  ministres  et hommes d’affaires marrons , hauts gradés et hauts fonctionnaires véreux, factotums et entremetteurs ripoux , s’adonnent à la danse du scalp d’un pays qu’ils ont juré de ruiner .

Les 18 milliards engrangés par Haddad sont à multiplier par 10, 100 , 1000…au vu de la longue liste des bénéficiaires de cette manne divine.

Crimes économiques habillés en projets , prévarication déguisée en aménagement du territoire , corruption pratiquée en live et en boucle….La valse des sous , entraînante et enivrante, à fini par leur faire oublier qu’il y’a une fin à tout.

Et que la leur fut pathétique ,mesquine : Larmes de crocodile dans les prétoires , alibis lâches qui leur font dire…qu’ils n’exécutaient que les ordres venus d’en haut.

L’impression factice ,de leurs puissance supposée, finit en lâcheté dans la  spectaculaire mise à nu  de leurs bravoures rajoutées.  C’était ça les dirigeants du pays ? La question finit dans l’ellipse de la nausée.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Par Anouar El Andaloussi / la géopolitique n’explique pas tout : se méfier de ses opportunités et de ses contraintes.

En début de cette année 2024, l’économie mondiale peine à maintenir  le rythme de croissance …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *