Accueil / En vrac / “En Vrac” par Madjid Khelassi : Il était une fois le FLN

“En Vrac” par Madjid Khelassi : Il était une fois le FLN

Le porte-parole de la présidence a tenu à apporter des précisions sur la relation du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avec le parti FLN.
En effet, M. Belaid Oussaid a fait savoir que « le chef de l’Etat a gelé sa qualité de membre du comité central du Parti FLN. Et que de par sa fonction de Président de tous les Algériens, il n’a aucun lien organique avec aucun parti politique agréé ».
Volonté du Président de se démarquer définitivement du FLN ou lâchage réfléchi d’un parti devenu politiquement obsolète ? La réponse se confine dans cette sortie pour le moins inattendue. Pour le FLN, ce démarquage du Président sonne comme la joie dérisoire d’un sursis.
Il était une fois le FLN…disent déjà certains zigs, spécialistes des crépuscules !
Il faut reconnaître que depuis Abdelhamid Mehri , le vieux parti n’est que l’ombre de lui-même. Il a presque la gueule de bois.
Sous Boutef, le parti s’écrasa sous les ¾ de président. Et fut à la hauteur des délires de ce dernier. Tout ce joli monde se coucha et se plia aux desiderata du prince, alias Fakhamatouhou.
Microcosme politique touché par la péremption, le vieux parti se drapa d’une obséquiosité seulement comparable à celle des odalisques ou des faux dévots.
Le premier mandat de Boutef fit ressembler le parti à la cité des morts. Le deuxième, le troisième et le quatrième ajoutèrent à l’anachronisme des idées, un vaste catalogue de dégénérations.
Saadani, Ould Abbès , Djemai…Produits de la grande farce politique…firent sombrer un vaisseau déjà hors de ses eaux . Aussi, les militants -dont certains restèrent dignes- ne surent à quel sot se vouer !  Mehri revient, ils sont devenus fous…entendait-on dans les apartés indignés.
Le 5e mandat d’un Boutef plus équestre qu’humain fut le point abyssal de la descente aux enfers. Tebboune se démarquant du vieux parti…Le virage indique-t-il la direction future du FLN ? Musée ou refonte ?  Le lâcher de souvenirs grignote des images qui datent du Nylon et du Formica.
1962-2020 : les litanies trompeuses et la pensée unique auront figé et dépecé le parti via des amours simulées…pour un pays-parti-état et finirent par avoir la peau du pays, du parti et de la pratique politique.
Le FLN au musée…et si l’allégorie s’effaçait devant L’évidence ?
Oh combien il aurait fallu être triste pour ressusciter Carthage, dit le poète !
Carthage est loin…et le FLN  tout près du souvenir . On ne refait pas l’histoire !

Madjid Khelassi

DIRECT (Coronavirus) : suivez l’essentiel de l’information nationale et internationale en temps réel :ici

A propos LA NATION

Voir Aussi

Par Anouar El Andaloussi / la géopolitique n’explique pas tout : se méfier de ses opportunités et de ses contraintes.

En début de cette année 2024, l’économie mondiale peine à maintenir  le rythme de croissance …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *