Accueil / En vrac / “En vrac” par Madjid Khelassi : 38e féminicide 

“En vrac” par Madjid Khelassi : 38e féminicide 

Une jeune fille , kidnappée , assassinée , brûlée  puis abandonnée au niveau d’une pompe d’essence désaffectée à Thenia dans la wilaya de Boumerdès .

Elle s’appelait Chaima, avait 19 ans. Elle est la 38e  victime ( au 1er octobre 2020) de féminicides commis en Algérie en 2020. C’est la énième levée des corps innocents par monstres déguisés en humains.

À la fin du mois d’août, à Blida une autre histoire de meurtre maquillé en accident, avait mis en émoi toute l’Algérie…Ikram , 19 ans elle aussi, mariée , enceinte et mère d’un petit garçon a été tuée par son mari après avoir été éviscérée.

Pour Chaima, comme pour les autres , leur seul tort ou peut-être crime était d’être nées  femmes. Femmes sans défense , femmes minorées par un code de la famille avilissant et par une disposition du code pénal qui contient « une clause de pardon ». Cette disposition permet d’annuler toute poursuite si l’épouse pardonne à son agresseur .

Dans cette logique , il est toujours de bon ton de s’accommoder aux turpitudes et aux petits arrangements avec sa conscience.

Il n’en fallait pas plus qu’un prof de médecine dérape et met victime et bourreau dans un même sac.  Alors que rien ne justifie un meurtre et encore moins sa barbarie , le docte s’épanche sur l’aspect physique et vestimentaire de Chaima. Elle s’habillait trop court, trop serré , était provocatrice , ne savait pas choisir ses fréquentations, avec un supposé laxisme des parents !!! La messe est dite et le jugement rendu ! Philosopher sur l’abjection :  quel malheur qui fait dérailler un toubib  ! Le chant du bourreau  et la plainte des agonisants dans le même panier ! Quelle belle grandeur d’âme…damnée !

Dans  certains étages de la société , on a beau être indécent…n’empêche qu’on se préfère aux autres.

Les femmes dans la société algérienne…Longue histoire de cadavres exquis sacrifiés sur l’autel du garçon roi et de la fille martyre .

Une fille de 19 ans vient d’être sauvagement assassinée dans une banlieue-Est d’Alger . Elle a mis le pays sens dessous-dessus et voilà que ce crime est montré( par certains experts sociaux , n’est-ce pas cher monsieur le prof) non dans son atroce quintessence mais dans son essence dérisoire .  Chaima à égalité de tort avec son assassin ! Il est des insanités qui ne se disent pas. Et des paroles qui ne séparent pas l’abjection de la morale.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Par Anouar El Andaloussi / la géopolitique n’explique pas tout : se méfier de ses opportunités et de ses contraintes.

En début de cette année 2024, l’économie mondiale peine à maintenir  le rythme de croissance …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *