Accueil / National / Education nationale : le Cnapeste renoue avec la grève cyclique

Education nationale : le Cnapeste renoue avec la grève cyclique

Défiance entre le corps enseignant et son ministre de tutelle ? En effet, après la grève des enseignants  observée au début du mois de novembre dernier par le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste), le puissant syndicat revient une nouvelle fois à la charge en  enclenchant depuis hier un mouvement de grève cyclique de deux jours par semaine (lundi et mardi) et ce, jusqu’à  ce que la tutelle donne une suite favorable aux revendications du corps enseignant, indique M.Messaoud Boudiba, porte-parole du Cnapeste. Selon ce dernier, le taux de participation des enseignants qui ont fédéré au mouvement de grève, hier, à l’échelle nationale, est estimé entre 70 et 80 % au niveau du secondaire ; de 40 à 65 % dans le moyen et, dans le palier primaire, il oscillait entre 5 et 15 %.

A en croire certains grévistes, les travailleurs enseignants des trois paliers, qui avaient décidé de mettre le valet sur le maillet, dans leurs enceintes d’établissement, semblent déterminés à durcir le ton si leurs revendications ne seront pas satisfaites par la tutelle. Selon le syndicat, ce débrayage est justifié par‘’ la baisse du pouvoir d’achat alors que les salaires n’ont pas évolué depuis 2010, date de la dernière révision du régime indemnitaire des fonctionnaires de l’éducation’’, insistant aussi sur l’autre volet non moins important de la revendication, soit ‘’l’ouverture de nouveaux postes budgétaires en vue d’alléger la charge de travail qui pèse sur les enseignants, contraints d’assumer des plages horaires supplémentaires’’. 

Les pouvoirs publics doivent, selon le porte-voix du Cnapeste, ‘’réagir à cette situation et mettre l’enseignant dans des conditions sociales à la hauteur de son statut’’.  Si la tutelle refuse de répondre au ‘’contenu de notre plateforme de revendications protestation, explique le syndicat, dans un communiqué, la situation ‘’pourrait connaître une escalade qui reste, bien entendu, subordonnée à une décision prise par le conseil national du syndicat.

De son côté, l’Association nationale de parents d’élèves (ANPE) se dit outrée par ce mouvement de débrayage des enseignants. ‘’Une décision qualifiée irresponsable, car, précise Ahmed Khaled, président de l’ANPE, ‘’ à cette cadence de grèves répétitives et de menace d’escalade brandie par le Cnapeste, les élèves sont pris en otage et le programme pédagogique ne sera pas clôturé cette année (…)’’.  ‘’Plus, fait-il observer les parents d’élèves, dont la bourse est déjà mise à rude épreuve, vont devoir encore dépocher pour payer les cours de soutien à leurs enfants.’’

Farouk Baba-Hadji

A propos LA NATION

Voir Aussi

Agroalimentaire : 650 exposants attendus au salon “Djazagro” du 22 au 25 avril

Ce grand rendez-vous économique devrait accueillir plus de 23.000 visiteurs dont un nombre important de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *