Accueil / Conjoncture / Durant cet été de tous les dangers : plusieurs fronts brûlants s’ouvrent en même temps

Durant cet été de tous les dangers : plusieurs fronts brûlants s’ouvrent en même temps

L’Algérie fait face depuis quelques semaines à une effrayante cascade d’événements. En plus d’une flambée de la pandémie, plusieurs incendies ravagent le nord du pays alors que les moyens d’y faire face manquent.

La série funeste a commencé par une violente vague de contagion par le variant delta du Covid-19 qui a rempli les hôpitaux de centaines de malades alors que les lits et les capacités en oxygène étaient lacunaires.

Face à cette situation d’urgence, les familles ayant des membres hospitalisés ou alités à la maison, faute de place dans une structure sanitaire, ont entamé une course contre la montre pour trouver le moyen de les soulager.

La pénurie des concentrateurs d’oxygène, d’anticoagulants et d’autres traitements ont provoqué une véritable panique perceptible dans la rue et sur les réseaux sociaux. Cette quête de survie est accompagnée par une colère grandissante vis-à-vis des autorités auxquelles la population reproche le manque d’anticipation et l’impréparation.

Cette pression a conduit le ministère de la Santé à autoriser, à titre exceptionnel, l’importation par des particuliers de condensateurs avec peu de formalités. Mais l’intervention de l’ambassade d’Algérie à Paris qui a réclamé une autorisation préalable et la mise à la disposition de la Pharmacie centrale des dons rassemblés par des associations ou des bénévoles a créé une nouvelle confusion et une remontée d’adrénaline.

Heureusement que la courbe des infections s’est quelque peu infléchie pour donner un léger répit aux personnel soignant ainsi qu’aux hôpitaux qui étaient sur le point de s’effondrer. Dans la précipitation, les responsables de plusieurs secteurs ont tenté d’acquérir, en un temps record, des équipements manquant aux établissements hospitaliers depuis des années.

Entre-temps, plusieurs personnes sont mortes par suffocation ou faute de bénéficier de soins en milieu spécialisé. Les tentatives de minimiser l’ampleur de ces défaillances notamment par le ministre de la Santé a jeté de l’huile sur le feu des inquiétudes des citoyens. De bout en bout, la communication officielle sur le sujet a totalement manqué d’efficacité.

Pour la première fois, c’est la population et la société civile qui ont suppléé les dysfonctionnements de l’administration. Sans attendre une action des pouvoirs publics, les familles se sont organisées pour acquérir par elles-mêmes ce dont leurs patients avaient besoin.

Une autre calamité

Au début du mois de juillet, une autre calamité s’est déclenchée dans les Aurès où un de gigantesques feux ont dévoré des centaines d’hectares boisés. Les sommets de Khenchela et de ses environs se sont embrasés par l’œuvre de pyromanes, selon la version officielle, sans que les moyens de les éteindre soient suffisamment disponibles. Là aussi, ce sont des volontaires formés par les jeunes de la région, renforcés par d’autres venus d’ailleurs qui se sont coalisés contre les flammes. Ils ont pris les devants faute d’intervention massive des moyens de l’Etat. Évidemment, cette situation a créé une autre tension puisque les habitants ont dénoncé la gestion lacunaire du fléau par la force publique.

Peu de temps après, c’est au tour des montagnes de Kabylie de s’allumer mais avec une plus grande intensité. La région est de plus en ébullition politique depuis des années, ce qui pouvait en faire une poudrière à la moindre erreur. D’autant plus que le sinistre a causé de nombreuses pertes humaines et contraint une partie de la population à fuir à la hâte son lieu d’habitation. Les flammes ont également détruit des biens matériels, des animaux, des vergers et des milliers d’hectares de forêt.

C’est dans cette ambiance apocalyptique qu’un groupe de criminels a lynché avant de le brûler vif sur la place publique, un bénévole venu de Khémis Miliana pour participer à l’opération de lutte contre les incendies. Djamel Bensmaïl, un jeune artiste musicien et peintre, connu pour son implication dans le travail humanitaire a été accusé à tort d’être l’un des pyromanes. Le supplicié était, pourtant, arrivé après le déclenchement des feux la voiture chargée d’aides alimentaires et médicales récoltées auprès de ses voisins.

L’affaire qui est toujours en cours d’enquête a créé un fort émoi à l’échelle nationale et continue de provoquer des remous. Elle n’a pas affecté, pour autant, l’élan de solidarité qui continue de mobiliser toute les wilayas en faveur de la Kabylie. Le père du défunt, Noureddine Bensmaïl a eu la sagesse d’appeler au calme et refusé de faire l’amalgame entre le meurtre abject de son fils et la région.

 La justice s’est emparée du dossier pour en démêler l’écheveau qui doit conduire, certainement, à l’établissement de la responsabilité de parties à l’intérieur du pays comme à l’étranger d’un possible complot contre la sécurité et la stabilité de l’Algérie.

Comme on le voit bien, cet été fait planer de nombreux dangers sur le pays qui souffre aussi de stress hydrique et d’une dégradation du pouvoir d’achat des couches populaires faute de reprise économique.

Mohamed Badaoui

A propos LA NATION

Voir Aussi

Campagne contre l’insuline locale : Ali Aoun hausse le ton

Les auteurs de cette campagne sont bien connus et ce sont eux qui veulent voir …

un commentaire

  1. LA PLUPART DES INCENDIES LES POMPIERS N’AVAIENT PAS L’ACCESS D’APPROCHER CAR LES ROUTES QU,A LAISSER LA FRANCE COLONIALISTE L’ALGERIE DEPUIS 1962 N’A AJOUTER AUQUNE DANS LES MONTAGNES ,LA COMPAGNE OU LES DOUARS ET PLUSIEURS HABITATIONS UTILISENT L’ANE POUR DEPLACER .DEPUIS 1962 LE POUVOIR CONCENTRE LES CONSTRUCTIONS DES AUTOROUTES OU DES ROUTES SEULEMENT EN GRANDE AGLOMERATIONS OU DES GRANDES VILLES DU NORD LE RESTE DU TERITOIRE OUBLIER .CE POUVOIR N’A JAMAIS PENSER L’ACCESS DES ROUTES POUR LES CAMIONS OU GRAND ENGINS EN MONTAGNES EN CAS DES INCENDIES ,EN PLUS L’ALGERIE N’A MEME PAS UN SEUL AVION CANADIARE D’ETENDRE LE FEU MALGRE LES MILLIARDS DE DOLARD DU GAZ ET PETROL TOUT QUI SE RACONTE SUR LES KABYLES AVANT TOUT SONT DES ETRES HUMAINS ET NE MERITE QUE DU BIEN ET SE SONT AUSSI DES CITOYENS ALGERIENS COMME TOUT AUTRES ALGERIENS
    ALORS SOYEZ ETRE UNI AU LIEU DE DIVISER .LA FORCE TOUJOURS DANS L’UNITE ET ALLAH YERHAM TOUS QUI SONT MORT PAR LE FEU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *