Accueil / International / Décision de la CIJ à propos de la guerre contre Ghaza : l’UE attend une mise en œuvre “immédiate”

Décision de la CIJ à propos de la guerre contre Ghaza : l’UE attend une mise en œuvre “immédiate”

L’Union européenne (UE) attend une mise en œuvre “complète et immédiate” du verdict rendu vendredi par la Cour internationale de justice (CIJ) qui appelle l’entité sioniste à garantir, en urgence, l’acheminement des aides humanitaires au profit des habitants de Ghaza, et à sanctionner les responsables sionistes incitant à des actes de génocide.

Les décisions “de la Cour internationale de Justice sont contraignantes pour les Parties et celles-ci doivent s’y conformer”, a indiqué un communiqué commun du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell et de la Commission européenne.

“L’Union européenne attend leur mise en œuvre complète, immédiate et effective”, a-t-il souligné.

La CIJ a ordonné vendredi à l’entité sioniste de garantir, en urgence, l’acheminement des aides humanitaires sans obstacles au profit des habitants de Ghaza, de sanctionner les responsables sionistes incitant à des actes de génocide et de cesser de cibler des civils et des infrastructures de base.

Le Bureau du Comité des Palestiniens à l’ONU se félicite

Le Bureau du Comité pour les droits inaliénables du peuple palestinien à l’ONU s’est félicité, vendredi, des mesures provisoires ordonnées par la Cour internationale de Justice (CIJ) à l’occupant sioniste pour prévenir les actes de génocide à Ghaza, appelant le Conseil de sécurité à veiller à la mise en œuvre de cette ordonnance.

La CIJ a ordonné à l’entité sioniste de prendre “toutes les mesures en son pouvoir pour empêcher la commission de tous les actes relevant de l’article II de la Convention de 1948 pour la prévention et la répression du crime de génocide”.

La Cour a confirmé qu’elle était compétente dans cette affaire portée par l’Afrique du Sud et a en outre reconnu que “la population civile de la bande de Ghaza reste extrêmement vulnérable” en raison de l’utilisation récurrente de la violence brutale contre le peuple palestinien, ordonnant également à l’entité sioniste de “prendre des mesures immédiates et efficaces pour permettre la fourniture de services de base et d’une aide humanitaire dont le besoin est urgent”.

Tout en se félicitant de cette décision, le Bureau du Comité pour les droits inaliénables du peuple palestinien a demandé au Conseil de sécurité de l’ONU de veiller à la mise en œuvre de l’ordonnance de la Cour, ainsi que des résolutions ES-10/21 et ES-10/22 de l’Assemblée générale et des résolutions du Conseil de sécurité 2712 et 2720 de 2023. 

“Un cessez-le-feu immédiat est nécessaire pour mettre en œuvre les mesures provisoires indiquées par la Cour”, a-t-il insisté.

Le Bureau du Comité a réitéré son appel “de longue date” en faveur d’un règlement “juste et pacifique” de la question palestinienne, conformément au droit international et aux résolutions pertinentes des Nations unies, qui “mette fin à l’occupation, réalise les droits du peuple palestinien, y compris à l’autodétermination et au retour, et réalise la solution des deux Etats sur les frontières d’avant 1967 avec El-Qods-Est comme capitale de l’Etat de Palestine”.

R.I

A propos LA NATION

Voir Aussi

Les agences de l’ONU : mise en garde contre une “explosion” du nombre d’enfants martyrs

Plusieurs agences des Nations unies ont averti que la pénurie alimentaire alarmante, la malnutrition généralisée …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *