Accueil / International / Assassinat d’employés humanitaires à Ghaza : indignation au niveau international

Assassinat d’employés humanitaires à Ghaza : indignation au niveau international

La mort, lundi dans une frappe sioniste à Ghaza, de sept travailleurs humanitaires de l’ONG américaine World Central Kitchen (WCK), qui livre de la nourriture aux habitants de l’enclave palestinienne, a suscité de vives réactions au niveau international.

Les victimes étaient notamment originaires d’Australie, de Pologne et du Royaume-Uni, selon l’association, qui a dénoncé une “attaque ciblée” et décidé de “suspendre ses opérations dans la région”. L’Australie a affirmé que l’entité sioniste devait rendre des comptes concernant ce crime qui a ciblé des travailleurs humanitaires livrant de la nourriture aux Palestiniens, victimes d’une agression dévastatrice depuis le 7 octobre dernier et qui font désormais face à une menace de famine. “C’est complètement inacceptable.

L’Australie exige que tous les responsables de la mort de travailleurs humanitaires rendent des comptes”, a déclaré le Premier ministre australien Anthony Albanese, confirmant qu’une Australienne figurait parmi les victimes. “C’est une tragédie qui n’aurait jamais dû se produire”, a-t-il insisté, ajoutant que son pays “chercherait à établir les responsabilités” de l’attaque.

De son côté, la porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain, Adrienne Watson a exhorté l’entité sioniste “à promptement enquêter sur ce qu’il s’est passé”.

L’Espagne a exigé, pour sa part, que l’entité sioniste enquête sur les crimes commis par son armée. 

Le chef de la diplomatie britannique, David Cameron, a, lui, assuré que le Royaume-Uni attendait de l’entité sioniste “des explications transparentes et complètes”. Quant au président polonais Andrzej Duda, il a affirmé que cette “tragédie n’aurait jamais dû se produire”.

“Je condamne cette attaque et je réclame qu’une enquête soit lancée au plus vite”, a écrit, depuis Bruxelles, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, sur X. “En dépit de toutes les demandes pour protéger les civils et les travailleurs humanitaires, nous continuons à voir des innocents tués”, a-t-il regretté. Le gouvernement chinois s’est dit, quant à lui, choqué par ce nouveau crime sioniste. Pékin “s’oppose à toute action qui porte atteinte aux civils, détruit des infrastructures civiles ou viole le droit international”, a déclaré le porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin. “Nous sommes choqués par l’attaque” à Ghaza “et la condamnons”, a-t-il ajouté.

R.I

A propos LA NATION

Voir Aussi

Chantiers d’après-guerre à Ghaza : l’entité sioniste accélère les travaux de création d’une “zone tampon”

L’entité sioniste a donné un coup d’accélérateur aux travaux de création d’une “zone tampon” d’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *