Accueil / Conjoncture / Après un remaniement partiel du gouvernement : Tebboune préside une réunion d’un conseil des ministres

Après un remaniement partiel du gouvernement : Tebboune préside une réunion d’un conseil des ministres

Le président de la république préside aujourd’hui une réunion du conseil des ministres deux jours après un remaniement partiel du gouvernement.

Selon un communiqué de la présidence de la république la réunion sera «consacrée à l’examen du projet de Déclaration de politique générale du Gouvernement et d’autres projets de loi inhérents à l’organisation et au fonctionnement de l’Assemblée populaire nationale et du Conseil de la nation, à la presse écrite, à la presse électronique, à la prévention et à la lutte contre la corruption, ainsi que deux exposés relatifs à la sécurité routière et à la plate-forme numérique de l’investisseur».

Ainsi, la photo familiale verra la rentrée de quatre nouvelles têtes, alors que la configuration générale verra des changements à la tête de six départements ministériels : Intérieur, Santé, Enseignement supérieur, Industrie pharmaceutique, Travaux publics et Transports.

 Il s’agit de départements d’une importance capitale pour la relance de l’économie (industrie pharmaceutique, transport et travaux publique), de la santé et de l’intérieur.

Le président Tebboune a maintenu Aïmene Benabderrahmane au poste de premier ministre, alors que ce dernier s’apprête à présenter le bilan de son plan d’action devant le Parlement.

En outre, sont maintenus dans leurs postes les ministres des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, de la Justice Abderrachid Tebbi, de l’Energie et des mines, Mohamed Arkb, de l’Education nationale Abdelhakim Belabed, du Commerce Kamel Rezig et des Finances Brahim Djamel Kessali.

Il a nommé Brahim Merad, médiateur de la République, à la tête du département de l’Intérieur et des collectivités locales en remplacement de Kamel Beldjoud, qui a été nommé ministre des Transports. Beldjoud remplace Abdallah Mouldji qui a été désigné secrétaire général de la présidence de la République. Ce poste était vacant depuis le décès de son titulaire Mohamed El-Amine Messaid le 20 août dernier à l’âge de 70 ans.

Le chef de l’Etat a nommé Lakhdar Rekhroukh, PDG du groupe Cosider, comme ministre des Travaux publics, de l’hydraulique et des infrastructures de base, à la place de Kamel Nasri, remercié. La nomination de Rekhroukh qui a longtemps dirigé le premier groupe de BTP en Algérie a été accompagnée du renforcement du département des Travaux publics qui englobe désormais de l’hydraulique et des infrastructures de base.

Dans le secteur de la santé et des médicaments, le président Tebboune s’est séparé de Abderrahmane Benboudi et de Lotfi Benbahmed.

Il a nommé Abdelhak Saihi à la tête du ministère de la santé en remplacement de Benbouzid qui a été appelé à une autre fonction.

Nommé directeur général de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) le 7 mars dernier, Ali Aoun, a succédé à Lotfi Benbahmed à la tête du ministère de l’Industrie pharmaceutique.

Le président Tebboune a nommé Hamid Badari comme ministre de l’Enseignement supérieur en remplacement de Abdelbaki Benziane. Ce dernier a occupé le poste de recteur de l’université de M’Sila dans laquelle il a fait du bon travail, disait-on.

Ham Sa.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Secteur de la sidérurgique : l’Algérie veut exporter son acier vers l’Europe

La nouvelle feuille de route du secteur industriel doit permettre l’émergence d’un nouvel écosystème national …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *