Accueil / En vrac / Après la plaie Boutef…la plaie corona

Après la plaie Boutef…la plaie corona

En vrac par Madjid Khelassi

Il y’a un an,le 2 avril 2019 , Abdelaziz Bouteflika jetait l’éponge…et abandonnait un  sceptre bi-décennal sous les coups de boutoir d’une protesta que personne n’avait vu venir, ni prévu.

En gandoura marocaine , excusez du peu, La main tremblante, Bouteflika , alias Abdelkader Mali, remet sa démission sous les caméras des télévisions mondiales.

Et patatras…par ici la sortie ! Boutef emporte dans son sillage sa bande de gentlemen du dépècement .

2 premiers ministres , une charretée de ministres , des walis , une pile d’hommes d’affaires , d’entremetteurs , de commissionnaires ,  de flics et de juges ripoux .

20 ans de de friponnerie collective…Et vlan !  La serre fertile du bakchich et ses plantes vénéneuses éclate comme une chambre à air.

Les  gouvernants barbeaux quittent leurs piédestaux sans demander leur reste.

Boutef ,la langue bloquée par un AVC, et régnant juste avec des onomatopées, demande pardon au peuple le lendemain de son abdication.

Un pardon qui faisait rouille après 20 ans de mépris envers un peuple… C’est presque Méphistophélès voulant rentrer dans les grâces d’une Houri.

 Boutef est évacué  vers sa bulle médicale deZeralda, le Hirak , un mouvement né de la fusion du déni et d’une rage jusque là contenue, embrase les rues des villes d’Algerie, après avoir poussé Fakhamarouhou vers la sortie.

 Bédoui ,fétu de paille politique promu premier ministre,  est remercié après avoir liquidé les affaires courantes.

Les ex nababs-dirigeants sont embastillés treize à la douzaine. Et s’embarquent  pour toujours vers  une   hideuse postérité . Censés être des égides , ils furent des monstres .

 Une année est passée , l’anniversaire du Hirak se heurte à l’arrivée  d’un mal qui vite vire à la pandémie. Et l’anniversaire de la chute de Boutef coïncide avec un confinement planétaire : La guigne dans toutes ses superstitions.

Un an après la plaie Boutef , la plaie corona met à nu la faillite du règne de  l’homme-cadre, Si Abdelaziz Bouteflika ,et in situ ses répercussions dramatiques sur notre système de santé.

Boutef s’est foutu même de l’hôpital pourrait dire le quidam ! Le Coronavirus zooma on ne peut mieux ce que l’œil du non averti ne pouvait voir . Et découvrit chez nous le scanner de la rapine, le Doppler des magouilles , et l’IRM de nos malheurs .

Le règne de Boutef -qui ne fut jamais ausculté dans un un hôpital de son pays, malgré sa maladie -fut une scélératesse absolue.

Le Covid-19 …a presque honte de débouler chez nous.

DIRECT (Coronavirus) : suivez toutes les informations en temps réel :ici

 

A propos LA NATION

Voir Aussi

Par Anouar El Andaloussi / la géopolitique n’explique pas tout : se méfier de ses opportunités et de ses contraintes.

En début de cette année 2024, l’économie mondiale peine à maintenir  le rythme de croissance …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *