Accueil / International / Agression sioniste contre Ghaza : 450.000 Palestiniens déplacés de Rafah en neuf jours

Agression sioniste contre Ghaza : 450.000 Palestiniens déplacés de Rafah en neuf jours

L’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) a annoncé mardi qu’environ 450.000 personnes ont été déplacés de force de Rafah, dans le sud de la bande de Ghaza, depuis le 6 mai en cours.

Les Palestiniens sont constamment confrontés à l’épuisement, à la faim et à la peur, et les rues de la ville de Rafah sont devenues vides, tandis que les familles continuent de fuir en quête de sécurité, souligne l’UNRWA dans un communiqué.

L’Office onusien a alerté sur les opérations de bombardement et autres ordres d’évacuation dans le nord de Ghaza qui ont conduit à de nouveaux déplacements et à instaurer la peur parmi des milliers de familles, relevant  qu’il n’y a nulle part où aller et qu’un cessez-le-feu immédiat est le seul espoir.

L’UNRWA met également en garde sur le fait que restreindre l’accès humanitaire est une question de vie ou de mort pour les habitants de la bande de Ghaza, qui souffrent déjà des bombardements continus et de l’insécurité alimentaire.

A ce titre, il a souligné la nécessité immédiate et urgente d’assurer un passage sûr à l’aide humanitaire et à ses travailleurs.

Les forces d’occupation de l’entité sioniste continuent de fermer le poste frontière de Rafah et le passage de Karam Abou Salem, dans le sud de la bande de Ghaza, sur fond de mises en garde contre une catastrophe humanitaire sans précédent.

L’armée sioniste a notamment étendu ses attaques terrestres et aériennes dans tous les gouvernorats de la bande de Ghaza après avoir exigé le déplacement des populations de vastes zones de Jabalia, au nord de l’enclave palestinienne, ainsi qu’à l’est et au sud de la ville de Rafah, et après avoir pris d’assaut le sud de la ville de Ghaza et l’est de Khan Younes.

Le bilan de l’agression génocidaire sioniste contre la bande de Ghaza s’est alourdi hier à 35.173  martyrs et 79.061 blessés, depuis le 7 octobre dernier, ont indiqué les autorités palestiniennes de la Santé.

Les conditions actuelles pourraient aggraver des niveaux de faim déjà catastrophiques

Les conditions actuelles dans la bande de Ghaza pourraient aggraver “les niveaux de faim déjà catastrophiques” auxquels la population est confrontée, alors que près de 450.000 palestiniens ont été contraints de se déplacer de Rafah depuis le 6 mai, préviennent les agences humanitaires des Nations unies, mardi.

Les fournitures d’aide “restent largement insuffisantes”, a alerté, dans son dernier rapport de situation, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), soulignant qu’outre le risque de maladies infectieuses, la faim a augmenté en raison de la relocalisation forcée de la population de Ghaza par les forces d’occupation sioniste.

Cette nouvelle mise en garde des Nations Unies intervient alors que des frappes sionistes ont eu lieu dans différents secteurs de l’enclave, notamment à Rafah et dans le camp de Nousseirat.

Les récents ordres d’évacuation et l’intensification de l’activité militaire sioniste à Rafah ont forcé un renversement de l’échelle des services de nutrition alors que le nombre d’enfants souffrant de malnutrition aiguë continue d’augmenter, a alerté le groupe sectoriel de la nutrition, soulignant que trois des 22 établissements de santé et 25 des 35 points médicaux fournissant des services de nutrition “ont fermé”, alors que les nouveaux services qui devaient ouvrir dans le nord de Ghaza “ont été mis en attente”.

Au 8 mai, 58 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère (MAS) avec complications ont été admis dans trois centres de stabilisation nutritionnels qui sont encore opérationnels à Ghaza, selon l’Organisation Mondiale de la santé (OMS). Selon le groupe sectoriel de la nutrition, plus de 70.000 enfants âgés de 6 à 59 mois ont fait l’objet d’un dépistage de la circonférence moyenne du bras (MUAC) depuis la mi-janvier.

Dans ce lot, plus de 5.000 ont été diagnostiqués avec une malnutrition aiguë, y compris près de 4.000 enfants avec une malnutrition aiguë modérée (MAM) et plus d’un millier d’autres, avec une malnutrition aiguë sévère (SAM).

 Les Palestiniens sont constamment confrontés à l’épuisement, à la faim et à la peur, a fait valoir dans un message sur X, l’Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), soulignant qu’un cessez-le-feu “immédiat est le seul espoir”.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Offensive sioniste contre Rafah : inquiétude et indignation à l’international

La menace d’une offensive sioniste de grande envergure contre la population civile à Rafah, au …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *