Accueil / National / Noyades dans le littoral et les plans d’eau : inquiétant !

Noyades dans le littoral et les plans d’eau : inquiétant !

La saison estivale 2022 n’a pas bouclé son premier mois alors que le bilan des noyades, enregistré par les services de la protection civile, a atteint un chiffre alarmant : vingt-sept personnes ont été englouties par la mer, selon les services de la Protection civile, et plus d’une dizaine de corps sans vie ont été repêchés, au niveau de certains barrages et étendues d’eau de l’intérieur du pays, fréquentés par des ‘’imprudents’’.Bien que le nombre de noyades accidentelles soit en baisse depuis l’ouverture de la saison estivale 2022 par rapport au bilan enregistré l’année dernière durant la même période (52 décès), le chiffre de décès avancé par les services de la protection civile ne reste pas moins inquiétant. Le bilan des 48 dernières heures s’élève à cinq (04) morts sur le littoral des wilayas de Tizi Ouzou, Bejaia et Oran, tandis que le corps d’un gosse sans vie a été repêché du fond d’une étendue d’eau dans la région de Djanet (commune de Bordj El Haouas), selon la Protection civile.Aussi bien dans les plages surveillées, ou celles interdites à la baignade, le lot de personnes qui périssent croît chaque année. Les plans d’eau qui, l’espace de la saison des grandes chaleurs deviennent des réceptacles pour ceux qui n’ont pas les moyens de se rafraîchir au bord de la mer, ne sont pas en reste. Privés de piscines et loin des plages, certains jeunots habitant les zones qui n’ont pas les pieds dans l’eau, n’hésitent pas, dès l’arrivée des canicules écrasantes, à faire trempette dans les réserves d’eau les plus proches de leurs localités. Ce phénomène, qui ne cesse de se généraliser à travers le territoire national, n’est pas  sans causer parfois des drames. Malgré les multiples campagnes de sensibilisation initiées durant toute la saison estivale, beaucoup d’adolescents notamment, ne font pas sien le proverbe ‘’prudence est mère de sûreté’’ ; ils n’en ont cure des risques auxquels ils sont exposés lorsqu’ils piquent  une tête dans les plans d’eau. Le bilan s’alourdit chaque année, surtout l’été. Pour l’année 2021, et pour seulement les mois de mai et juin, plus de 50 cadavres ont repêchés dans les réserves d’eau, selon la Protection civile. La saison estivale 2022 n’a pas bouclé son premier mois alors que le bilan enregistré par les services de la protection civile, a atteint un chiffre alarmant : vingt-sept personnes ont été englouties par la mer, à travers plusieurs wilayas du pays, notamment Skikda, Annaba, Bejaia, Alger, Tipasa et Mosta, Oran où les plages drainent une affluence record, alors que plus d’une dizaine de corps sans vie ont été repêchés, l’espace de deux mois au niveau de certains barrages de l’intérieur du pays, fréquentés par une population juvénile ‘’imprudente’’ qui fait fi des consignes et des conseils prodigués par la protection civile, mettant leur vie en péril. Une source de drames, faut-il dire, pour de nombreuses familles. L’absence de piscines et de clubs nautiques ne fait qu’accentuer le recours à ce palliatif.

Soulignons que 11000 agents de la protection civile sont mobilisés pour cette saison estivale, selon le chargé de communication à la direction général de la protection civile, M. Mourad Yousfi, précisant par ailleurs que ‘’427 plages sont autorisées à la baignade et 194 autres interdites à travers le territoire. Dans la wilaya d’Alger, la commission de préparation de la saison estivale 2022 a retenu 58 plages aux estivants sur un total de 71 sites balnéaires.

Farouk Baba-Hadji

A propos LA NATION

Voir Aussi

Société de radiodiffusion et de télévision : une station pour soumettre les chaînes privées à la loi algérienne.

Le ministre de la Communication, Mohamed Bouslimani a effectué mercredi une visite de travail et …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *