Accueil / En vrac / « En Vrac » par Madjid Khelassi : Hirak hebdomadaire et pouvoir permanent 

« En Vrac » par Madjid Khelassi : Hirak hebdomadaire et pouvoir permanent 

Vendredi de grande mobilisation à travers plusieurs villes du pays…Le Hirak signe son retour et se réapproprie la rue. Avec les manifestants d’hier, le mouvement enregistre son 106e vendredi de protestation et continue de réclamer ex abrupto le départ du régime.

Hirak et pouvoir…Manifestations et arrestations. Impasse et entêtement. Espoir démocratique et statu quo.

Peuple et système…Dunes humaines sur lesquelles souffle un vent de liberté et regs muets façonnés par 60 ans de pensée unique : Le désert démocratique s’étend d’Est en Ouest et du Nord au Sud.

106e vendredi de protesta Hirakienne…et arrestations massives de manifestants, a dit la presse.

Et au sujet desquels les télés n’en pipent pas un mot.

On demande au Hirak de se structurer et pas au pouvoir de l’écouter.

Le post-socratique « Hirak béni » est tout, sauf un paquebot encalminé, par les doux mots du bénitier politique, dit un analyste politique.

Béni, honni, pourchassé, lacrymogéné, violenté…Il sera difficile de faire sans lui.

Il est 15 heures sur une artère de la capitale…Un homme distribue des masques de protection anti-Covid ! La manif se teinte d’une touche prophylactique…comme pour balayer le motif de mise en danger d’autrui, que pourrait causer des manifs à visages découverts. Et pour que les désirs démocratiques ne soient pas désordre sanitaire.

Hirak an 2…Le destin sonne déjà deux fois. Demain sera différent, dit une pancarte brandie par une jeune fille. Chaque mot est choisi dans chaque pancarte. Plus questions de phrases toutes faites. Cela pourrait s’intituler : « La révolution des mots…pour le dire » !

Il est 16 heures dans la marée humaine de la rue El Khettabi…rangs serrés et gosiers rythmés, une foule dit les mots qui disent la profondeur des espoirs. Sera-t-elle entendue, comprise, écoutée ?

Hirak hebdomadaire et pouvoir permanent…Le marathon vers une Algérie démocratique est engagée. Deux saisons sont en lice : le printemps d’une liberté revendiquée et le crépuscule d’un statu quo non assumé. Le toss est lancé.

A propos LA NATION

Voir Aussi

L’Etat s’engage en stratège

Le besoin d’Etat n’a jamais été aussi fort qu’en cette période. Il est vrai que …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *