Accueil / Conjoncture / Abdelaziz Rahabi : la main tendue de Mohamed VI «n’ouvre pas de perspectives »

Abdelaziz Rahabi : la main tendue de Mohamed VI «n’ouvre pas de perspectives »

Commentant « la main tendue à l’Algérie » par le Roi du Maroc, contenue dans son discours de samedi à l’occasion de la fête du trône, l’ancien diplomate Abdelaziz Rahabi a déclaré que ce discours, prononcé, d’ailleurs dans les mêmes termes que que ceux des années dernières « ne peut représenter un événement diplomatique ni ouvrir des perspectives ».

 « La tradition et les usages internationaux recommandent que la bonne volonté ou une offre de dialogue soient précédés de mesures conséquentes, qualitatives et à la hauteur de l’objectif déclaré », rappelle le diplomate.

Or, ce n’est pas ce à quoi on assiste sur le terrain. L’état des relations entre les deux pays s’est même détérioré et le Maroc reste sur des positions figées vis-à-vis de l’Algérie à l’égard de laquelle il poursuit la même stratégie. 

Pour Abdelaziz Rahabi, le roi du Maroc cherche au contraire à enfoncer l’Algérie et réserve à son pays le beau rôle de la victime disposée à dialoguer.

 « Une fois encore, il rend l’Algérie responsable de l’échec de la construction maghrébine, du mauvais état des relations bilatérales et cherche à accréditer le sentiment d’un Maroc victime mais disposé au dialogue », analyse-t-il.  « Dans la réalité, il n’en est rien», poursuit Rahabi

«Bien au contraire, le Maroc officiel anime une opération de diabolisation de l’Algérie en la présentant comme un allié des puissances et groupes antioccidentaux et sa diplomatie comme hostile aux intérêts américains et européens dont il serait le meilleur défenseur », estime l’ancien ambassadeur d’Algérie en Espagne.

Celui-ci cite la campagne contre la position de l’Algérie sur la guerre en Ukraine et les tentatives marocaines d’impliquer l’Algérie dans les tensions entre l’Iran, les pays du Golf et Israël, « dans lesquelles notre pays ne porte aucune responsabilité de quelque nature que ce soit ».

Sur le plan bilatéral, le Maroc poursuit « une stratégie franchement hostile à l’Algérie en cherchant à déprécier et à falsifier notre longue et riche histoire, à s’attaquer notamment, dans ses réseaux sociaux , à l’institution présidentielle qu’il désigne librement par ailleurs, comme l’interlocuteur privilégié et à mener une guerre systématique contre l’armée algérienne et son commandement », accuse encore Abdelaziz Rahab qui conclut par cette remarque pertinente : les conditions qui ont prévalu à la rupture entre les deux pays sont encore présentes et n’ont pas été évoquées par le roi.

Synthèse Sid Ali

A propos LA NATION

Voir Aussi

Société de radiodiffusion et de télévision : une station pour soumettre les chaînes privées à la loi algérienne.

Le ministre de la Communication, Mohamed Bouslimani a effectué mercredi une visite de travail et …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *