Urgent
Accueil / Conjoncture / RDV pour le premier anniversaire du Hirak

RDV pour le premier anniversaire du Hirak

52e vendredi du mouvement populaire

Les manifestants à Alger ou à Constantine, Oran, Ain Defla, Tlemcen, Tizi Ouzou, Tebessa, Béjaia, Bouira et ailleurs n’ont pas manqué de réclamer la libération de tous les détenus du Hirak.

A une semaine du premier anniversaire du Hirak, les Algériens ont de nouveau battu le pavé dans la capitale pour exprimer leur rejet de la classe politique et pour réclamer un véritable changement politique.

Les premiers manifestants de ce 52e vendredi consécutif du Hirak, à Alger, ont scandé les slogans habituels contre le pouvoir en place : « un Etat civil et non militaire », ou encore « Tebboune mzaouer, djabouh al askar !» (Tebboune est venu par la fraude avec l’aide des militaires).

Près d’un an après le début de la contestation populaire contre le cinquième mandat de l’ancien président déchu, les manifestants n’ont pas perdu de vue leurs revendications initiales, notamment un changement du régime et l’avènement d’un Etat civil et démocratique.

Plusieurs villes du pays ont vibré hier au rythme des manifestations du mouvement populaire, soit pour la 52e fois depuis le 22 février, pour réitérer les revendications chères Hirak.

 les  Algériennes et les Algériens étaient encore nombreux à battre le pavé ce vendredi pour scander et brandir des slogans en faveur du changement du système  politique et l’instauration d’un état de droit et des libertés démocratiques.

Les faits liés à l’actualité du mouvement populaire du 22 février ont été mis en évidence par les manifestants dans plusieurs villes du pays à l’occasion des manifestations de ce 52e vendredi comme l’affaire du procureur du tribunal de Sidi Mhamed Sidi Mohamed Belhadi qui avait plaidé en faveur du Hirak à l’occasion de la comparution dimanche dernier des manifestants en lui rendant hommage et en saluant son courage.

Si les manifestations se sont globalement déroulées dans le calme en revanche la police a usé de gaz lacrymogène à Alger pour disperser les manifestants et interpeller ceux qui brandissaient des emblèmes amazigh au niveau de la place Audin.

A propos NaTIon

Voir Aussi

Le Président Tebboune désigne Abdelghani Rachedi Directeur général adjoint de la Sécurité intérieure

Le Président de la République, chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *