Accueil / Contributions / Le mal qui doit nous faire repenser notre futur

Le mal qui doit nous faire repenser notre futur

Si le coronavirus a pour conséquence le décès de milliers d’êtres humains -paix à leur âme-, il montre aussi que des pays dits développés ne sont pas épargnés et peuvent même être gravement touchés, pour certains. La pandémie du coronavirus a mis en exergue la contradiction dans les systèmes socio politique et socio-économique, d’où le retard pris pour faire face à ce mal. La défense d’intérêts étroits de quelques groupes de personnes constitue la politique principale de gouvernement et cela même si des oppositions populaires importantes se font à travers le monde depuis bien longtemps. La guerre des lobbies, contre l’intérêt général, vient d’être mise en avant par le travail du professeur Didier RAOULT, dont la prescription d’un remède efficace et peu coûteux a donné de satisfaisants résultats. Cependant, il se retrouve attaqué de toutes parts. Cet éminent scientifique dont la sagesse et la conscience lui dictent uniquement la guérison du plus grand nombre de malades. Ce qui ferait perdre énormément à des laboratoires, dont le seul intérêt est le profit (que dis-je le superprofit). La position du président Trump est venue appuyer cette étroite vision de marché. Pour lui, la menace principale est économique et les êtres humains c’est quoi ? Mais, au fait à quoi servirait l’économie sans êtres humains ? Par qui est constitué le marché ? Les êtres humains, bien sûr, mais pour sauver votre « marché » monsieur le Président, il faudrait commencer par sauver notre humanité à tous. C’est la crise sanitaire qui a « imposé » la crise économique et pour enrayer ce mal global, il faut s’attaquer à la cause et non à la conséquence. Cette période montre qu’un virus plus pernicieux et plus dangereux s’est propagé à travers le monde depuis plusieurs années, ce sont les réseaux sociaux. En effet, ces derniers font beaucoup de
« morts » qui restent vivants pour distiller le mensonge et
« abrutir », en faisant de certains utilisateurs non seulement des « consommateurs-victimes » mais aussi des distributeurs d’informations sans aucun fondement et auxquelles ils y croient et veulent que les autres y croient aussi. Ces réseaux, qui se devaient être des outils de communication globalisés, à la portée de tout le monde, pour détourner un monopole de l’information détenu et filtré par de puissants groupes d’intérêts, est devenu lui-même un instrument de propagande au profit de ces groupes dont la courroie de transmission, que nous mettons en place gracieusement, vient de nous. Pour dépasser cette contradiction, il serait judicieux de filtrer l’information avant sa transmission à travers les réseaux sociaux, ou de ne rien transmettre si on n’est pas assuré de la qualité ; comme pour le coronavirus, il faut appliquer le confinement de la mauvaise information. Aujourd’hui, cette crise, due au coronavirus, doit nous forcer à repenser notre façon de vivre tout le temps et toujours – et pas uniquement de survivre en période de crise avec comme principal objectif: protéger nos enfants et leur laisser comme héritage la santé, la paix, la prospérité et l’égalité.

DIRECT (Coronavirus) : suivez toutes les informations en temps réel :ici

Athmane BENNABI

A propos NaTIon

Voir Aussi

Farid Chaoui invite à penser le hirak dans le temps long

Réflexion autour des réformes Dans le monde politique, il y a les activistes. Ceux qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *