Accueil / National / Le FFS ne sort pas de sa crise : dépôt de plainte et une procédure disciplinaire contre Belkacem Benameur

Le FFS ne sort pas de sa crise : dépôt de plainte et une procédure disciplinaire contre Belkacem Benameur

La tenue d’un congrès extraordinaire, puis celle d’une réunion historique de son conseil national n’ont pas réglé tous les maux du FFS.

La  direction du FFS issue  du  congrès extraordinaire  a déposé plainte contre Belkacem Benameur le priant de restituer le siège aux dirigeants actuels. Par ailleurs des  médiations  de  sages  du  parti  sont en cours depuis trois jours afin de le convaincre de revenir à de meilleurs sentiments.

La direction que dirige Youcef Aouchiche engage également une procédure disciplinaire contre Belkacem Benameur qui continue d’activer en tant que premier secrétaire du parti.

Mais, l’homme décrié par la direction du FFS a reçu le lundi, solennellement, l’ambassadeur du Portugal et s’est présenté comme étant “à la tête de la direction du FFS”.

Dans un communiqué rendu public, le premier secrétaire national du FFS, Aouchiche, a annoncé que “Belkacem Benameur ne représente nullement le Front des forces socialistes”.

“Ce dernier, qui orchestre actuellement l’occupation illégale du siège du FFS, sis au 56 avenue Souidani-Boudjema, agit en violation des textes du parti et de la loi”, lit-on dans  le document.

Il y a lieu de préciser que Belkacem Benameur occupe le siège du parti depuis plus d’une année.

Youcef Aouchiche, qui rappelle que le congrès extraordinaire et sa nomination “au poste de premier secrétaire du parti ont été dûment validés conformément à la loi régissant les partis politiques” a expliqué dans le communiqué qu’il a signé “Nous rappelons que depuis le congrès extraordinaire du FFS tenu les 9 et 10 juillet dernier, les instances légales du FFS au regard des textes du parti et de la loi sont l’instance présidentielle élue, ainsi que les instances désignées ou élues à la suite du congrès extraordinaire”

Il est vrai que l’administration, par le biais du ministère de l’Intérieur, a reconnu les résultats du congrès qui a été suivi d’une session du conseil national de ce parti.

Cela n’a pas suffi à Belkacem Benameur qui refuse de quitter le siège national du parti qu’il occupe depuis qu’un groupe avait utilisé la force pour déloger l’équipe proche de l’ancien homme du parti, Ali Laskri.

Visiblement au courant de la crise qui pointait du nez, Lors de la commémoration du 57ème anniversaire de la création du FFS M. Aouchiche a lancé un appel aux militants du parti à dépasser la crise qui a secoué cette formation politique et à s’unir pour « construire un parti fort et moderne en mesure de répondre aux aspirations légitimes » des Algériens.

Le Premier secrétaire national du FFS a réitéré l’attachement de son parti à « un processus politique constituant pour un changement » dans le pays et à « la reconstruction d’un consensus national ».

Pour M. Aouchiche, « c’est le moment de mettre au-delà de toutes autres considérations, les intérêts de notre nation et de notre pays » et « d’œuvrer collectivement au changement, à rétablir la confiance entre le peuple et ses institutions, et encourager la culture du dialogue et du compromis ».

A propos NaTIon

Voir Aussi

Procès en appel d’Ali Haddad : le Procureur général requiert le durcissement des peines

Le Procureur général près la Cour d’Alger a requis dimanche « le durcissement des peines » à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *