Accueil / En vrac / « En Vrac » Par Madjid Khelassi : le dernier tango de Diego

« En Vrac » Par Madjid Khelassi : le dernier tango de Diego

Diego Maradona, « El bipe de Oro », comme le surnomment les Argentins, tire sa révérence. Opéré d’un œdème au cerveau, la star du football mondial n’a pas survécu à cette opération chirurgicale. Maradona ou l’histoire d’un gamin footeux des quartiers pauvres de Buenos-Aires, qui mit la planète foot sous les crampons de son magique pied gauche.
A 17 ans , alors que tout le monde  s’attend à ce que Diego soit dans l’équipe du Mundial 1978, que l’Argentine organise chez elle, Luis César Menotti le trouve encore trop vert et dit niet.
Qu’à cela ne tienne, Diego Armando Maradona, jeune homme surdoué du foot et surtout pressé de mettre la planète sous son charme, est en route vers la gloire.
Boca junior puis le FC Barcelone…et premier couac. La route vers la gloire finit sur un lit d’hôpital de la capitale catalane. Diego 1er ronge son frein tout en ruminant une revanche contre un certain Goikoetxea, un défenseur- de l’Atletico de Bilbao, peu admiratif des prouesses du lutin argentin- qui commet un véritable attentat sur Maradona. Mais leurs routes ne se re-croiseront jamais à cause du départ de l’Argentin pour Naples.
L’histoire est en marche. Les histoires aussi. Maradona est tout de suite « pris en charge » par une fraction napolitaine peu footeuse qui n’est autre que la Camorra.
2 Scudetto (titres de champion d’Italie), une coupe de l’UEFA…Naples, la miséreuse ville du sud de l’Italie, défie et snobe les riches équipes du nord.  Maradona est sur le toit de la botte ( la péninsule italienne ).
Diego, plus rock star que joueur standard de foot, défraye la chronique…Drogue, fêtes arrosées, accointances avec des personnages peu recommandables. La descente aux enfers est aussi rapide que l’ascension.
Dans une actualité hors foot, on apprend que la perfide Albion vient de donner une raclée à l’armée argentine dans un conflit sur des îles surnommées Falklands par les Anglais et Malouines par les Argentins. Diego note ça dans une partie de son cortex.
Mundial mexicain 1986…Diego Maradona et l’Albiceleste passent les phases de poules et se retrouvent face aux Anglais dans un quart de finale de Coupe du monde fumant.
C’est la saison 2 de la guerre des Malouines version foot. Maradona marque un but de la main qu’on surnommera « la main de Dieu » puis passe en revue 8 joueurs de la Rose plus le gardien.
C’est l’un des plus beaux buts de l’histoire du football. Score final : 2 à 0.  L’affront des Malouines est lavé.
1990 Mondial italien, Maradona élimine l’Italie à Naples en demi-finale puis échoue face aux Allemands en finale. Son étoile décline.
1994, il est chassé de la Coupe du monde pour avoir pris de l’Ephedrine, un médicament même pas interdit par la FIFA d’un certain Joe Havelange , brésilien comme par hasard.
Diego se retire peu à peu du foot, s’essaye sélectionneur de l’Argentine, entraîneur au Mexique, aux Emirats et tutti quanti.
25 novembre 2020, Diego Armando Maradona décède des suites d’une délicate intervention au cerveau. Le monde est en émoi. C’est inédit et sans précédent dans l’histoire. Les éloges pleuvent, les minutes de silences figent.

Le plus grand joueur de l’histoire du foot plombe d’une tristesse infinie une planète décontenancée par un mystérieux virus.
Pelé espère jouer un jour avec lui au ciel, Platini dit… « Ce que Zidane fait avec un ballon, Maradona le fait avec une orange » ! Ancelottti est en pleurs.  Messi aussi.  Les chefs d’Etats ne sont pas en reste et participent aux hommages planétaires. Le footballeur rock star, avec qui la fête continuait après le match avec Castro, Chavez, ou simplement dans une boîte de nuit, laisse un souvenir impérissable dans la mémoire du monde.  Aux journalistes qui lui demandaient pourquoi il buvait, Maradona les renvoie à cette célèbre réponse de Georges Best sur le même sujet…. « Si je n’avais pas bu, vous n’auriez pas entendu parler de Pelé » ! Tout est dit !
25 novembre 2020, le dernier Tango de Diego nous conforte définitivement que le foot ne sera plus jamais comme avant.

Adios l’artiste.

A propos NaTIon

Voir Aussi

« En Vrac » par Madjid Khelassi : démographiie et démocratie

Il y’a un million de naissances chaque année en Algérie, disent les chiffres ! Hurricane …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *