Accueil / Conjoncture / Elections législatives : FLN, MSP et RND seraient en tête

Elections législatives : FLN, MSP et RND seraient en tête

Alors que l’Autorité électorale indépendante (ANIE) observe le silence 48 h après la tenue des élections législatives, les premières tendances donnent les partis de l’ex-alliance présidentielle du président déchu Abdelaziz Bouteflika, largement vainqueurs.

Le FLN et le RND, donnés pour morts par beaucoup, ont littéralement partagé les sièges 50/50 dans certaines régions.

Les indépendants, eux, ont gagné une cinquantaine de sièges, une progression notable par rapport aux précédentes législatives.

Le front de libération national (FLN), le rassemblement national démocratique (RND) et le mouvement de la société pour la paix (MSP) reprendraient leur place à l’assemblée nationale (APN) comme si de rien n’était, avec, toutefois, un assaisonnement d’autres nouvelles formation à l’instar du mouvement El Binaa de Abdelkader Bengrina et le front El Moustakbal de Abdelaziz Belaid.

Les formations de Abdallah Djaballh, Djilali Soufiane, Tahar Ben Bibech, Djamel Ben Abdessalam et Fatma Zohra Zerouti, ont, tous, essuyé un revers sans appel.

Si ces tendances, comme annoncées par des sources médiatiques et sur les réseaux sociaux, se confirment, la formation du prochain gouvernement échouera à l’un des trois parti-appareil ou à une vraisemblable alliance. Des postes ministériels pourraient être concédés aux formations de Bengrina et Belaid.

Dès samedi soir, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) s’est même précipité pour revendiquer la victoire. Dans un communiqué rendu public dimanche, soit 24 heures après le scrutin, le parti de Abderrazak Makri a annoncé que ses listes sont en tête dans plusieurs wilayas.

«Le MSP confirme qu’il arrive en tête des résultats à travers la majorité des wilayas et à l’étranger, et nous remercions les citoyens qui ont voté pour nos listes », a écrit le MSP.

Dans leurs postes facebook et twitter, plusieurs candidats de ce parti se sont félicités de la victoire en présentant des remerciements aux électeurs.

Le MSP a en outre appelé le président de la République Abdelmadjid Tebboune à «protéger la volonté populaire qui s’est exprimée sur le terrain, et ce conformément à ses engagements».

«Nous attirons l’attention sur certaines tentatives de vouloir changer les résultats selon les anciens réflexes. Cela aura des retombées négatives sur le pays et sur l’avenir de l’action politique et électorale», a averti Makri.

Abou Fadhel Baadji, secrétaire général du FLN, a, pour sa part, réclamé la victoire de son parti «Et certaines parties le savent, c’est pour cette raison qu’elles parlent de leur victoire», a-t-il dit à la presse en faisant allusion au MSP.  Le SG du FLN a parlé de cas de «dépassements» à Ouargla, Khenchela, Oran et Sétif.

L’ANIE répond au MSP

Accusé de partialité par le MSP, l’Autorité nationale indépendante des élections a affirmé, dans un communiqué, avoir honoré ses engagements et ses promesses concernant les Législatives du 12 juin conformément à la Constitution et à la loi organique sur les élections, en assurant toutes les conditions et toutes les garanties pour le succès de cette échéance électorale.

L’ANIE a évoqué la rencontre et le dialogue ouvert avec les candidats aux élections législatives et la signature par ces derniers de la Charte d’éthique des pratiques électorales, en plaçant leur confiance dans l’ANIE et dans son processus pour l’instauration des règles de la démocratie électorale après que celle-ci ait prouvé sa compétence et sa crédibilité lors de la Présidentielle du 12 décembre 2019 et du référendum sur la constitution, et aujourd’hui, aussi, avec la même confiance et détermination, dans l’application des lois de la République prévues dans la loi organique sur les élections.

« Les déclarations et communiqués émanant de certaines parties connues pour de telles pratiques et qui sont sans fondement, attentent à l’engagement

de l’ANIE et à son intégrité reconnue tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, en prétendant qu’elle n’est pas capable de protéger les voix des électeurs et en appelant le Président de la République à assumer la responsabilité sur un ton de menace.

« Ces allégations portent atteinte aux valeurs de l’Etat et de la République, et sont un appel fallacieux pour semer l’anarchie et le doute », martèle l’ANIE.

L’ANIE réaffirme qu’elle est digne de confiance et à la hauteur de cette responsabilité », conclut le communiqué.

Synthèse : Abir N.

A propos LA NATION

Voir Aussi

Benabderrahmane installe le Conseil national des statistiques

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, a procédé, ce mercredi, à Alger, à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *