Accueil / International / Covid-19 : le Regeneron, traitement pris par Donald Trump, autorisé en urgence aux États-Unis

Covid-19 : le Regeneron, traitement pris par Donald Trump, autorisé en urgence aux États-Unis

Le pays est confronté à une épidémie galopante, avec 12 millions de personnes contaminées sur leur territoire.

Confrontés à une épidémie galopante de Covid-19, qui a contaminé 12 millions de personnes sur leur territoire, les Etats-Unis ont autorisé en urgence un traitement novateur de la firme Regeneron déjà essayé sur le président Donald Trump. Les Etats-Unis sont de loin le pays le plus endeuillé du monde par le coronavirus avec 255.800 décès. L’épidémie y progresse hors de contrôle et le nombre de nouveaux cas quotidiens y explose (près de 164.000 pour la seule journée de samedi) pour dépasser désormais les 12 millions de malades, selon l’Université Johns Hopkins.

Face à ce fléau, l’Agence américaine des médicaments (FDA) a accordé en urgence son autorisation à un cocktail d’anticorps de synthèse de la société de biotechnoligie Regeneron. Ce traitement est connu pour avoir été administré à Donald Trumpqui l’avait largement vanté après s’être remis du Covid-19 en octobre.

Selon la FDA, il a été démontré que le traitement REGEN-COV2, une combinaison de deux anticorps fabriqués en laboratoire, réduit les hospitalisations liées au Covid-19 ou les consultations aux urgences chez les patients présentant des maladies secondaires ou « comorbidités »« Autoriser ces thérapies aux anticorps monoclonaux pourrait permettre à des patients d’éviter l’hospitalisation et d’alléger la charge qui pèse sur notre système de santé », a expliqué un responsable de la FDA, Stephen Hahn.

« Une étape importante »

Le président de Regeneron, Leonard Schleifer, a assuré que cette décision constituait « une étape importante dans la lutte contre le Covid-19, car les patients à haut risque aux Etats-Unis auront accès à une thérapie prometteuse au début de leur infection ». Ces anticorps imitent ce que le système immunitaire fait après la contamination par le coronavirus, en allant bloquer la pointe du virus qui lui permet de s’attacher aux cellules humaines et de les pénétrer.

Le traitement est considéré comme plus efficace pendant la phase initiale de l’infection, quand les anticorps ont encore une chance de maîtriser l’envahisseur, et non pendant la deuxième phase du Covid-19, quand le danger n’est plus le virus lui-même mais la surréaction du système immunitaire qui s’attaque aux poumons et à d’autres organes.

Celui de Regeneron est le deuxième traitement aux anticorps synthétiques à recevoir une « autorisation pour une utilisation en urgence » (EUA) de la FDA. Une thérapie similaire développée par le laboratoire américain Eli Lilly avait déjà obtenu ce statut le 9 novembre.

Regeneron a déjà conclu plusieurs contrats avec le gouvernement américain, dont un à 450 millions de dollars, pour fabriquer des doses à grande échelle aux Etats-Unis. Le gouvernement a aussi annoncé fin octobre l’achat de 300.000 doses du traitement de Lilly pour 375 millions de dollars, soit 1.250 dollars la dose.

L’autorisation accordée à Regeneron s’ajoute aux bonnes nouvelles sur le front des vaccins, avec des taux d’efficacité de l’ordre de 95% pour ceux développés par les laboratoires Pfizer/BioNTech et Moderna.

Campagne de vaccination

L’Italie, où la pandémie a fait plus de 48.000 morts, entamera fin janvier une « campagne de vaccination sans précédent » en commençant par les catégories de la population les plus exposées, a annoncé samedi le ministre italien de la Santé Roberto Speranza.

La pandémie a fait au moins 1,373 million de morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles samedi. Plus de 57,5 millions de cas ont été officiellement diagnostiqués à travers la planète.

En Europe, les confinements et autres restrictions imposés à la population dans de nombreux pays pour faire face à la deuxième vague épidémique commencent à porter leurs fruits. En France, où les chiffres des nouveaux cas, des décès et des admissions en réanimation diminuent, les autorités estiment que le pic de la seconde vague épidémique a sans doute été franchi.

Le gouvernement britannique a confirmé samedi que le confinement instauré en Angleterre pour quatre semaines ne serait pas prolongé au-delà du 2 décembre, date à laquelle cette province britannique retournera à un système de restrictions locales.

L’OBS & AFP

A propos NaTIon

Voir Aussi

Responsable Russe : possibilité de fabrication du vaccin (Sputnik V) en Algérie et en Egypte

Le Directeur général du Fonds souverain russe des investissements  directs Kirill Dmitriev a déclaré lors de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *