Accueil / Conjoncture / Consultations politiques : l’Alliance des forces nationales pour la réforme se réunit pour la deuxième fois

Consultations politiques : l’Alliance des forces nationales pour la réforme se réunit pour la deuxième fois

Une source officielle au sein des Forces nationales pour la réforme a révélé que la coalition tiendra une réunion mercredi prochain au siège du mouvement El Bina pour se consulter sur le projet de révision de la Constitution, après son adoption, à la fin de la semaine dernière, par le parlement à la majorité quasi absolue. La même source a confirmé au quotidien Al-HOURRIA que la réunion, la deuxième du genre, se concentrera sur l’unification de la position de la coalition sur le projet de révision de la Constitution, qui sera soumis au référendum populaire le 1er novembre prochain.
Notre source s’est déclarée satisfaite du climat dans lequel l’adoption a été faite, expliquant que la présidence de la république a adopté certaines des propositions des forces patriotiques après la rencontre avec le président Abdelmadjid Tebboune sans, pour autant, révéler les points qui n’ont pas été pris en considération. Cette réunion d’évaluation de l’initiative des forces nationales de réforme intervient un mois après son lancement en tant que cadre consultatif par un groupe de partis politiques, d’associations, de syndicats et de personnalités nationales pour exiger des réformes profondes reflétant la volonté de changement. Le président de la République avait reçu début août dernier une délégation sur cette initiative conduite par Abdelkader Bengrina, chef du Mouvement national El Binaa, et Tahar Benbaibiche, chef du parti Fajr El Jadid, et s’était engagé à prendre en compte les propositions de la coalition. La vie politique nationale traverse une stagnation qui ressemble à une désertification politique. Les grands partis traditionnels qui ont dominé la scène au cours des 30 dernières années n’ont pas réussi à se débarrasser de leur héritage après avoir perdu leur crédibilité, comme les partis FLN et RND, ou les petits partis qui vivaient sur les rives. Aucun parti politique n’a réussi à se frayer un chemin à travers les ravages causés par le règne Bouteflika.

A l’exception de l’initiative des forces alternatives démocratiques formée par des partis de gauche tels que le parti FFS, le parti des Travailleurs et le RCD, qui pataugent dans leurs contradictions internes et font face à de grandes difficultés pour remporter le pari en tant que force politique efficace et s’imposer comme une extension du mouvement populaire. En revanche, l’Alliance des Forces nationales pour la réforme, qui comprend des partis des courants nationaux et islamiques, cherchent également à se faire entendre dans la phase post-référendaire sur la Constitution et les surprises qu’entraîneraient les nouvelles lois organiques sur les partis politiques et les élections.

 Fa. B.

A propos NaTIon

Voir Aussi

Brahim Boumzar (ministre des Postes et T) : le paiement électronique « sécurisé et gratuit »

Le ministre de la Poste et des Télécommunications, Brahim Boumzar, a affirmé mardi à Alger …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *