Accueil / Conjoncture / Cap sur le 22 février

Cap sur le 22 février

51e vendredi du mouvement citoyen pour changement

A quelques jours du premier anniversaire du mouvement citoyen pour le changement, des milliers d’algériens ont, encore, marché hier dans plusieurs villes du pays. Oran, Tizi Ouzou, Bedjaia, Tlemcen, Sidi Belabes, Bechar et autres villes ont été le théâtre de marches pour le changement.

A Alger, le rituel est bien rodé. Le dispositif de sécurité est toujours aussi important.

Le signale est donné dès la fin de la prière hebdomadaire. Trois cortèges convergent vers le centre ville, au environ de la grande poste. Celui de la rue Didouche Mourad, de Hassiba et  celui de Bab el Oued.

Après Abane Ramdane, Abdelhamid Mahri et le colonel Amirouche, beaucoup de manifestants ont brandit, hier, les portrait de l’ancien président du gouvernement provisoire algérien, Benyoucef Benkhada, mort le 4 février 2003, un autre symbole de la noblesse de la cause nationale.

Les noms des dirigeants de la guerre de libération nationale, moudjahidine, chouhada et chahidate reviennent souvent ces derniers vendredi. «Ces derniers ont donné biens et vie pour que la souveraineté  reviennent au peuple,»  nous a déclaré une femme, la cinquantaine, fille de chahid. «La clef de la réussite d’une nation est la légitimité du pouvoir, » a-t elle ajouté.

Le 21e vendredi du hirak était là, au rendez-vous. Les mêmes slogans sont brandis : le départ de la issaba, la libération des détenus d’opinions.  En hommage à ces derniers, trois grandes pancartes, en arabe, en français et en anglais revendiquent leur libération.

Il semble que l’approche du 22 février, date du premier anniversaire du hirak, a donné du tonus à la mobilisation. Selon l’appréciation de plusieurs observateurs, le nombre de participant à ce 51 vendredi est nettement plus important que celui du vendredi précédent, même si on est loin des premières semaines. En effet, la date symbolique du 22 février est sur toutes les lèvres. «C’est une date à célébrer,» nous dit un jeune manifestant. Le 22 février, c’est le jour où les Algériens ont dit non à l’humiliation d’un 5e mandat et c’est le jour où ils ont décidé de prendre en main leur destin.

Et même si les choses ont évolué depuis, ce jour là reste celui de tous. Celui d’une unité pour la dignité. Une manifestante nous a déclaré sans détour : « le 22 c’est la révolution sans calculs, on est tous sortis pour le pays» « et je reviendrai le 22 prochain pour célébrer cet état d’esprit.je sortirai le 22 pour l’Algérie.»

Déjà les appels fusent sur les réseaux sociaux pour une grande manifestation le 22 février prochain, en hommage au premier vendredi du hirak.

H.S

A propos NaTIon

Voir Aussi

Premier anniversaire d’une révolution «silmya»

53 vendredi du mouvement citoyen pour le changement Avec le 53 vendredi, les Algériens ont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *