Accueil / Conjoncture / Annoncée par trois organisations syndicales : le Secteur de la santé en grève nationale

Annoncée par trois organisations syndicales : le Secteur de la santé en grève nationale

Des syndicats de la santé organisent ce mercredi une grève nationale en signe de protestation contre la non- satisfaction de leurs revendications liées, entre autres, à la prime Covid-19. Il s’agit de l’appel lancé, la semaine dernière par les syndicats de la santé (Syndicat national des enseignants chercheurs hospitalo-universitaires (Snechu), Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP), Syndicat algérien des paramédicaux (SAP).

Cette journée de grève, déclarent–ils,  est une « première protestation » et «D’autres actions seront entreprises en cas de non-satisfaction de nos revendications»,

Outre la prime décidée par le chef de l’Etat l’année dernière, les professionnels de la santé, déplore une situation du secteur de plus en plus catastrophique et réclament une «restructuration totale» du système national de santé en même temps que l’«amélioration» des conditions de travail du personnel de la santé

 «Il était question d’apporter une réflexion sur les statuts des établissements, par la mise en place de la fonction publique hospitalière», souligne la déclaration des syndicats.

Le même communiqué ajoute : «Aujourd’hui, le constat demeure amer. Aucune perspective. Après une année de lutte continue contre la pandémie de Covid-19, le personnel de la santé, épuisé, tous corps confondus, est déçu de la non-concrétisation sur le terrain des différentes directives du président de la République concernant l’amélioration des conditions de travail ainsi que la situation socioéconomique du corps», constatent les organisations syndicales.

Les organisations syndicales du secteur évoquent, également, la «gestion catastrophique» de la crise sanitaire par la tutelle, «sans inclure les véritables acteurs sur le terrain, mais aussi les conditions de travail désastreuses, le manque de moyens et le burn-out que vivent au quotidien les blouses blanches». Une situation qu’ils jugent durer dans le temps malgré les cris d’alarmes.

L’appel à la grève n’est pas partagé par tous les professionnels de santé. Le Pr Kamel Bouzid ne cache pas son opposition. «Personnellement je suis contre. Parce qu’un médecin digne de ce nom ne peut pas faire grève,» a-t-il déclaré dans un entretien au site TSA.

Pour le mouvement de grève «prend en otage d’abord les patients, ce qui est inacceptable, et il prend en otage aussi ses autres collègues. Or, cette grève on nous l’a annoncé du jour au lendemain.

Il y a d’autres façons de régler les problèmes par la négociation avec les différentes autorités de tutelle. Personnellement, je n’ai jamais fait grève.

A une question sur les revendications socioprofessionnelles des syndicats, il répond : «Oui, mais elles datent d’une dizaine d’années. On aurait pu les réactualiser et les discuter avec les différentes tutelles.»

«Je ne pense pas que prendre des patients en otage soit une bonne chose. De plus, ces syndicats représentent uniquement le secteur public. Dans le privé on ne fait jamais grève. Ce qui pose certaines questions, » conclut-il.

Aziz.T

A propos LA NATION

Voir Aussi

Ministère de l’Agriculture annonce le déstockage d’importantes quantités de pomme de terre

Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a procédé hier au déstockage d’importantes quantités …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *